ELEPHANT MAN – TEXTE ET MISE EN SCÈNE D’ANTOINE CHALARD au LUCERNAIRE -53, rue Notre-Dame des Champs 75006 PARIS – du 15 Janvier au 1er Mars 2020 à 20 H du mardi au samedi, dimanche à 17 H.

Elephantman1 - Brigitte BoitelleOK

Photo Brigitte BOITELLE 

AVEC
CLÉMENTINE YELNIK (MADAME KYTES, MADAME MOTHERHEAD, MADAME KENDAL)
ANTOINE CHALARD (DOCTEUR TREVES, DIRECTEUR GOMM)
FLORENT MALBURET (JOSEPH MERRICK)
COSTUMES : MARIE VERNHES
MASQUE : GALINA MOLOTOV
CRÉATION LUMIÈRE : JUDEX BOYER ET FABRICE LEGROS
PHOTOS : CHRISTIAN DELCAMBRE
PRODUCTION : THÉÂTRE DU MIDI
COPRODUCTION : COMPAGNIE LÉ LA
CORÉALISATION : LUCERNAIRE

Notre regard dépendant de nos à priori primaires peut-il évoluer ? Antoine CHALARD raconte le destin extraordinaire de Joseph MERRICK alias Elephant Man, victime de sa monstruosité physique au point de n’avoir d’autre issue pour vivre que de s’exhiber en tant que phénomène de foire.

 A la fin du 19ème siècle « l’engouement de la population pour les monstres, les freaks est à son apogée ». Il s’avère que la difformité physique de Joseph MERRICK est la manifestation d’une maladie, d’un véritable handicap qui attirera l’attention d’un jeune médecin ambitieux. Joseph Merrick deviendra à son corps défendant un objet de laboratoire médical.

 Cependant une relation d’amitié s’instaurera entre le médecin et son patient et même l’infirmière en chef qui lui exprimait au premier abord son hostilité.

 Que peut-il bien se passer dans la tête d’un homme pénétré de sa monstruosité, rejeté par sa propre famille, qui n’a d’autre choix que de s’adapter au bon vouloir de la société qui lui assigne soit le rôle de monstre de foire soit celui de cobaye de laboratoire ?

 Emprisonné par sa carcasse de monstre, l’homme envoie quelques signaux de son humanité. Resurgit dans notre mémoire l’histoire de la Belle et la bête filmée par Jean Cocteau. Aussi bien la peinture « le cri » d’Edvard Munch ou les visages torturés de Francis Bacon ou les têtes cabossées de Picasso ne bousculent-ils pas notre regard.

 Face à la violence de ces visions, nous voilà en quête d’un zeste d’humanité et de sentiment. Que ce sentiment exprime la haine, la fureur, la passion ou l’amour, il aura toujours sa place au théâtre.

 Et c’est la puissance de l’expression inattendue et spectaculaire qui stimule notre perception. Madame Kytes – interprétée par l’impressionnante Clémentine YELNIK – qui exploite sans vergogne Elephant Man n’est-elle point elle aussi un monstre ? Et le docteur n’est-il pas un monstre ambitieux qui cherche à tirer profit de cet extraordinaire objet de recherche que représente Elephant man.

 Eléphant man ne dit pas grand-chose, il dépend totalement des autres devenant le pôle d’intérêt d’individus dont il ne mesure pas les bonnes ou mauvaises volontés.

 Une main d’artiste, celle de Galina MOLOTOV a fabriqué le masque censé représenter la monstruosité d’Elephant man. Porté par l’excellent Florent MALBURET, il irradie d’humanité. Il n’est plus question de laideur mais d’expression. Nous avons en face de nous, un corps, un visage qui semblent supporter toute la misère du monde et nous reconnaissons chez lui les stigmates des épreuves que n’importe quel individu peut rencontrer au cours d’une vie. Sauf que Joseph Merrick est en avance, il est marqué avant même d’avoir vécu.

 Tel le portrait de Dorian Gray, il devient le réceptacle de tous les maux possibles ou imaginables mais contrairement à Dorian Gray qui incarne le mal, Joseph Merrick est innocent et son histoire est authentique.

 L’émotion est d’ordre exponentiel, elle dépasse toute conjecture réaliste. Il revient au conte, au mythe de prendre le relais.  Poétique, sans bavardage inutile, cette représentation d’Elephant Man s’adresse à notre imaginaire et à notre entendement de façon onirique et fantastique. Nous sommes émus tout simplement.

 Paris, le 20 Février 2020

 Evelyne Trân

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s