Jacob Jacob de Valérie Zenatti par la compagnie L’Entêtement Amoureux, Compagnie Didier Bezace – Adaptation et mise en scène Dyssia Loubatière -Création au Théatre-Sénart, Scène Nationale, du 16 au 18 mai 2019. Du 5 au 28 juillet 2019 au Théâtre du Petit Louvre en Avignon à 10h45 (relâche le mercredi).

Photo. D.R.

avec

Florian Choquart

Christiane Cohendy

Jeanne Disson

Assistante à la mise en scène – Sandra Choquet

Scénographie – Simon Vallery

Lumières et régie générale – Léo Thévenon

Son – Pierre Bodeux

Costumes – Cidalia Da Costa

Maquillage – Cécile Kretschmar 

Administratrice – Karinne Méraud

 

Ce n’était pas un Français à part entière parce qu’il était juif et considéré comme indigène sous le régime de Pétain. Cela ne l’a pas empêché d’être arraché à sa terre natale, l’Algérie en 1944, d’être mobilisé pour libérer la France et d’avoir « l’immense honneur d’intégrer l’armé commandée par le général Jean de Lattre de Tassigny » puis d’être fauché à 19 ans lors de la libération de l’Alsace.   

 Cet illustre inconnu, ce grand-oncle que Valérie Zenatti n’a pu connaitre, était prénommé Jacob.

 L’écrivaine a voulu redonner un visage à Jacob parmi tous ces oubliés tombés pour la France, à partir d’une photo et des souvenirs de sa grand-mère. Le roman qu’elle a écrit nous parle de cette mémoire émotive, souterraine, toujours aux abois qui voudrait bien comprendre ce qui la hante, comment elle peut être traversée par le visage d’un inconnu dont l’histoire individuelle ne franchira jamais le bas de page de la grande Histoire.

 Valérie Zenatti raconte tout le parcours de Jacob mais aussi celui de sa mère Rachel qui tente sans succès d’avoir des nouvelles de son fils.

 Dyssia LOUBATIERE, metteure en scène, impressionnée par la force du récit, après une lecture mise en espace présentée à Montélimar le 17 Septembre 2015 à l’Auditorium Petrucciani, a décidé de l’adapter pour une représentation théâtrale.

 Les spectateurs que nous enjoignons à lire le livre, auront l’avantage de voir incarnés sur scène Jabob et Rachel par des comédiens engagés, respectivement, Florian Choquart et Christiane Cohendy, un troisième personnage Louise, l’amour de Jacob étant interprété par Jeanne Disson.

 Que ce désir de transmission puisse porter ces fruits, parce qu’il trace ce que nous avons toujours à l’esprit, un humain quelqu’il soit, n’est pas qu’une goutte de sang invisible dans l’océan des guerres, cette goutte nous en portons tous l’empreinte, il nous appartient de ne pas l’oublier.

 Paris, le 27 Mai 2019

 Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s