Le bon grain de François Dumont à LA COMEDIE NATION – 77, rue de Montreuil – Paris 11è – Mercredi 26 décembre – 19h – Jeudi 27 décembre – 19h – Vendredi 28 décembre – 19h – mercredi 2 janvier – 19h – jeudi 3 janvier – 19h – vendredi 4 janvier – 19h – samedi 5 janvier – 19h

Avec Pierre Clarard, François Dumont, Mélody Doxin, Hadrien Peters 

N.B : François Dumont et Pierre Clarard étaient les invités de l’émission DEUX SOUS DE SCENE sur RADIO LIBERTAIRE 89.4, le samedi 29 Décembre 2018 en podcast sur le site https://media.radio-libertaire.org/   

Nous avons tous à l’esprit cette crise écologique qui menace l’humanité tout entière.

S’appuyant sur les réflexions de deux chercheurs Jean- Paul FITOUSSI et Eloi LAURENT, auteurs de La Nouvelle écologie politique (LE SEUIL 2008) qui font le lien entre cette crise et l’explosion des inégalités dans le monde, François DUMONT utilise la loupe de la farce comme filtre révélateur de leur proposition insensée « le partage des richesses ».

Le Bon grain met donc en scène une reine bouffonne, représentative de tous les pouvoirs en place, qui ne rêve que d’écologie, qui refuse bien entendu de réduire son train de vie et ne voit d’autre solution que de sacrifier les chômeurs, en somme tous ces pauvres qui encombrent la planète.

L’argument est fallacieux et absurde, les pauvres ayant été toujours les vaches à lait des riches.

A moins d’autopsier la nature humaine, mettre au ban les infâmes prédateurs de la planète et les mettre au régime sec, tous les discours paraissent vains et impuissants !

Il n’est pas possible de demander plus aux pauvres pour réduire la facture écologique, faute d’enclencher des révoltes sociales. Ce qui signifie que la crise écologique va se doubler d’une crise économique et sociale mondiale !

Pour l’heure, il reste encore l’humour pour doper le moral en prévision des catastrophes qui pointent leur nez.

La mise en scène de François DUMONT fait penser à ces petits sketchs télévisuels qui faisaient le bonheur du Club Dorothée. Les moyens ne sont pas les mêmes, bien entendu.

Il y a un effet aveuglant, très flash de cette bouffonnerie mais il y manque les césures pour les spectateurs qui ne disposent pas des codes vidéo actuels ni ce langage où la vitesse prime.

Volontiers bon enfant et sans prétention, le spectacle qui a été créé dans les champs et les villages et s’est transporté à la COMEDIE NATION n’a d’autre ambition que d’apporter son grain de sel farcesque à notre crise écologique et c’est bienvenu !

Paris, le 18 Décembre 2018

Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s