CLAUDEL, KAHLO, WOOLF- UNE RENCONTRE FICTIVE LIBREMENT INSPIREE DE LA VIE DE CAMILLE CLAUDEL , FRIDA KAHLO, VIRGINIA WOOLF – FESTIVAL AVIGNON OFF 2018 – ARTEPHILE – 7, rue Bourg Neuf 84000 AVIGNON – À 22H10 : DU 6 AU 27 JUILLET – RELÂCHES : 8, 15, 22 JUILLET –

  • Metteur en scène : Monica Mojica
  • Interprète(s) : Jessica Hinds, Clara Rousselin, Mónica Mojica

De prime abord, cette idée de représente sur scène, Camille Claudel, Frida Kahlo, Virginia Woolf nous a paru fantasque, du domaine de l’artifice.

Pour mémoire et en résumé, Camille Claudel, élève et amante de Rodin fut une grande sculptrice qui connut l’asile psychiatrique durant 30 ans jusqu’à sa mort. Frida Kahlo, grand peintre mexicain, invalide à la suite d’un accident, était engagée dans la révolution mexicaine. Virginia Woolf grand romancière anglaise, était une militante féministe, qui se suicida à la suite d’une longue dépression.

Il s’avère que la conceptrice du spectacle a divinement réuni les voix de ces trois icônes qui arpentent de singuliers chemins ceux de la création féminine, à une époque pas si lointaine, où elle était largement minoritaire.

En vérité, ce ne sont pas des icônes qui s’expriment, ce sont juste des femmes qui doivent leur aura certes à leurs talents mais aussi à leurs destins tragiques.

Nombre de femmes peuvent se retrouver dans leurs témoignages que recouvre l’éventail de textes croisés de Camille Claudel, Frida Kahlo et Virginia Woolf.

Mais il ne s’agit pas d’une lecture de textes, traditionnelle. Ils sont réellement incarnés par des comédiennes qui s’expriment par la danse, semblent flotter en permanence dans un bain de lumière, de musique, d’images qui interagissent entre elles.

 La metteure en scène de toute évidence croit à la vertu de l’imagination et des fantasmes assumés, par exemple celui de montrer Frida Kahlo embrassant Virginia Woolf.

 Si les trois icônes sont toutes décédées au milieu du 20ème siècle, elles ne sont pas exactement contemporaines, c’est Camille Claudel qui fait figure d’ainée puisqu’elle est née en 1864, soit 43 ans avant Frida Kahlo née en 1907 et 18 ans avant Virginia Woolf née en 1882.

 Mónica Mojica n’a cure de cette chronologie. Parce que Camille Claudel, Frida Kahlo, Virginia Woolf se trouvent réunies par la force de leur créativité combattive qui a ses racines dans le rêve sans frontières.

Original et percutant, le spectacle bouleverse par la qualité de ses interprètes. Si la présence des trois icônes est authentifiée par leurs textes, elle prend une ampleur toute particulière, celle d’être personnifiée par des femmes d’aujourd’hui, venues de différents pays, porteuses d’une flamme artistique féminine, renversante !

 Paris, le 23 Juillet 2018

 Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s