LADY MACBETH – SCENES DE MARIAGE de Michele de Vita CONTI – Mise en scène de Michele de Vita CONTI – avec Maria Alberta NAVELLO au THEATRE DE L’EPEE DE BOIS – CARTOUCHERIE DE VINCENNES – Route du Champ de Manœuvre 75012 PARIS – Du 16 au 21 Avril 2018 –

 

Un projet de  Michele de Vita Conti et Gian Manuel Rau
Texte  et mise en scène Michele de Vita Conti
Traduction Myriam Tanant
Avec Maria Alberta Navello
Costumes Brigida Sacerdoti
Lumières Mauro panizza
Scénographie Lucia Menegazzo
Production Fondazione Teatro Piemonte Europa

Il faut bien qu’elle résonne terriblement dans la conscience, l’image de cette femme qui frotte misérablement ses mains tachées de sang. Parce que ce sang une femme peut l’associer aussi bien à celui des menstruations qui découlent du vagin, à celui versé lors de l’accouchement qu’à celui d’un crime.

 Et Shakespeare nous le dit à travers le personnage de Lady Macbeth :

 « Venez, venez, esprits qui excitez les pensées homicides; changez à l’instant mon sexe, et remplissez-moi jusqu’au bord, du sommet de la tête jusqu’à la plante des pieds, de la plus atroce cruauté. Épaississez mon sang ; fermez tout accès, tout passage aux remords »

 Lady Macbeth se décrit comme prisonnière de son sexe qu’elle a pris en haine de façon inouïe :

 « Venez dans mes mamelles changer mon lait en fiel, ministres du meurtre. »

 La rage de vivre, le désir de pouvoir, l’ambition ne sont évidemment pas l’apanage des hommes. Mais Lady Macbeth, l’éminence grise de son mari Macbeth qu’elle pousse au crime n’est pas libre et ne le sera jamais. Dans la mesure où elle éprouve sa condition de femme comme une infirmité, c’est la rancœur, une irréversible déception qui l’étourdit lorsqu’elle prend conscience que son mâle de mari n’est pas digne de ses ambitions :

 « Le héros se transforme en lâche, il n’est rien de ce qu’il a promis ».

 Dans cette pièce « Lady Macbeth, scènes de mariage « le dramaturge italien Michele De Vita Conti,  augure une introspection organique du personnage. Nous avons l’impression qu’il se dévore lui-même, sadique et masochiste à la fois, savourant l’écume de sa haine, de ses frustrations,

 Chair vive de la femme, incontournable, oui, il faut bien qu’elle nous paraisse au moins une fois, indomptable, cette Lady Macbeth, car c’est avec son propre sang qu’elle affirme son destin tragique. Un sang tumultueux, sauvage, mais sans échappatoire.

 Cette Lady Macbeth interprétée par Maria Alberta NAVELLO, nous éblouit par sa force incantatoire. A travers sa juvénilité ardente, nous pouvons l’imaginer pieds nus sur des rochers, avançant obstinément vers un mirage. Comme les mots saignent, comme la mer est houleuse !

 Paris, le 22 Avril 2018

 Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s