Le cercle des utopistes anonymes au Grand Parquet 35 Rue d’Aubervilliers 75018 PARIS du 3 Avril au 3 Mai 2015 du jeudi au samedi à 20 H – Le dimanche à 15 H.

UTOPISTESUTOPISTESUTOPISTES CERCLE

Production : Cie L’Envers du Décor

Coproduction : Grat – Compagnie Jean-Louis Hourdin, La Mégisserie

Pierre-Jules Billon (Musique) , Isabelle Decoux (Création costumes) , Fabien Leforgeais (Création lumières)
 PS :  Eugène DURIF  était invité à l’émission  « DEUX SOUS DE SCENE »sur Radio Libertaire 89.4 , le Samedi 18  Avril 2015 (en 1ère partie et en podcast sur le site de Grille des émissions de Radio libertaire).

 

Nul doute qu’ils se souviennent de la cour de récréation de leur enfance, ces deux compères, le philosophe et le musicien qui décident de repartir à zéro ou tout au mieux à l’an 01, en déposant tout le trésor de leurs connaissances sur la marelle de leurs conjectures .

 En panne d’inspiration, Pierre le musicien et Eugène, le philosophe poète, sentent sonner le glas de leur compagnonnage artistique et leurs échanges philosophico poétiques ne produisent pas les étincelles espérées . C’est alors qu’Eugène , le philosophe a la merveilleuse idée d’embaucher une jeune femme naïve, vierge de prétentions intellectuelles, pour rallumer leur flamme.

 Le philosophe réchappé de Mai 68 a des allures de vieux jeune taoïste qui contemple au bout d’une tige, ce fameux rien qui goutte au bord du précipice pour le bien d’une humanité sans complexes. Béatitude absolue générée par  des rêveurs impénitents qui passent leur temps à  lancer leur canne à pèche dans une grosse rivière pleine de petites et grosses idées, pendant que les autres bossent.

 Le musicien incarné avec un sang froid ironique par Pierre-Jules BILLON,  quant à lui, ne croit qu’à ses instruments.  En vérité, il serait capable de jouer, inspiré par le seul sifflement d’un serpent, ou le croassement d’une grenouille. Il est très probable que les vagabondages poétiques de son  ami, atteignent le champ de son aquarelle musicale sans qu’il ait besoin de les comprendre.

 Et puis apparaît la jeune femme naïve, Stéphanie Marc, belle présence, véritable fleur bleue, capable toute seule d’illuminer le champ le plus désert. Les pantalonnades philosophiques d’Eugène ne peuvent atteindre sa vitalité de femme amoureuse de l’amour, de la vie.

 Les trois personnages n’ont pas le même langage, ni les mêmes valeurs, mais ils hument le même air, celui de l’utopie vagissante. Le voyage immobile auquel nous convie le spectacle d’Eugène DURIF, mis en scène par Jean-Louis HOURDIN, est de ceux où l’on surfe en prenant une sorte de pose nénuphar. Imaginez qu’au bord d’une fenêtre, une pensée de CAMUS vienne mordiller votre oreille, tandis qu’à la radio surgit la voix de la môme Piaf, et qu’à l’étage au dessus, quelqu’un piétine le parquet sur un air de biguine…

 C’est l’été, les fenêtres sont ouvertes. Tout est possible, voilà la merveilleuse utopie. Les petites pensées casse- gueules d’Eugène se retrouvent  les pattes en l’air en pleine prairie utopique, au diapason de la musique de Pierre qui pince les mollets de la belle Stéphanie.

 Saviez vous qu’il suffit de quelques mouches volantes pour faire résonner une timbale d’artistes . Formidable insecte, l’utopie à qui l’on arrache souvent beaucoup de pattes, se relève toujours. C’est le fer de lance des poètes et de philosophes et des hommes tout simplement. Allez goûter sans modération à sa substantifique moelle au cercle des utopistes anonymes . Eugène DURIF en véritable entomologiste nous en dresse un portrait très croustillant et rafraîchissant avec un humour poétique délicieux.

 Paris, le 11 Avril  2015                         Evelyne Trân

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s