ORLANDO OU L’IMPATIENCE de Olivier Py mise en scène Olivier Py au THEATRE DE LA VILLE – 2 PLACE DU CHATELET 75004 PARIS du 8 au 18 AVRIL 2015

ORLANDO TER

Avec : Jean-Damien Barbin, Laure Calamy, Eddie Chignara, Matthieu Dessertine, Philippe Girard,Mireille Herbstmeyer, Stéphane Leach, François Michonneau

Il y a des réalités qui ne sont pas rugueuses qui accouchent de chimères dont sont enceints nombre de poètes et de comédiens . « Chimère, j’écris ton nom  sur ton ventre » va s’écrier exalté le poète qui s’adresse à son alter égo, le comédien.

 Orlando n’agite tout d’abord qu’un tout petit  poème qu’il offre en gage à sa mère, une artiste extravagante, absolument fellinienne, afin d’obtenir le nom de son père. La belle lâche un nom et voilà le jeune impatient parti à la recherche de ce père inconnu. Un grand voyage initiatique puisque Orlando ira à la rencontre d’une pléiade  de pères putatifs, plus fous les uns que les autres, mais tous rangés dans la case artistes. Il y avait tant de monde le jour de l’inauguration du Cristal Palace,  date de la conception d’ Orlando, que la grande actrice ne sait plus vraiment quel prétendant pourrait assumer le nom du père. Pire, elle s’en moque !

 Orlando transpire et tremble face à ses ogres de pères, fou vieux poète, metteur en scène, clown désespéré ou pitre. Il croisera sur son chemin aussi quelques âmes sœurs, Ambre et Gaspard  et deviendra l’amant d’un ministre de la culture improbable parfaitement masochiste mais bon vivant qui épousera sa mère. Il sera enfin directeur du Cristal Palace avant de devenir mendiant purifié à la  porte de ce même théâtre.

 Et pourquoi pas, est ce donc si déraisonnable de courir sur les planches de la réalité rugueuse tel un fakir qui n’a que l’orgie de ses rêves fumeux mais extraordinaires pour vivre au nom du théâtre et de la poésie.

 Que le vieux poète assume son lyrisme ampoulé et tout  simplement ses désirs,  ce qu’il a à cœur d’épancher ne va pas changer le monde, mais a tout de même l’opportunité, oh combien salutaire, de chatouiller son nombril . Mettez y le doigt, vous verrez comme il peut jouir au théâtre.

 N’ayant pas peur des mots nous dit Olivier PY, jetons les dans la gueule du théâtre, parce que n’importe comment, ils ont pour vocation de faire tourner le manège, en inventant à chaque tour des chemins vers une réalité rugueuse dévoyée, insensée, démesurée, mais vivante !

 Sur la scène, s’offrent au regard du public des perspectives trompe-l’œil, celle des décors de rues et de luminaires en forme de diagrammes, qui ceignent ou habillent suivant les circonstances une maison théâtre aussi vertigineuse qu’un patin à roulettes.

 Et tous les mots s’amusent même les plus sérieux – néant, mort, amour, salut, Dieu, trou, politique, père, mère –  pour juguler au sommet ou descente de tirades « apostoliques ». On l’a compris, la religion d‘Olivier Py, c’est le théâtre dont les disciples sont des fous poètes.

 La distribution de ce spectacle libertaire est formidable. Remarquable, notamment,  Matthieu DESSERTINE en Orlando qui passe de la jeunesse à la vieillesse avec une insolente aisance. Quant à Jean-Damien BARBIN, le trublion de service, il crève véritablement la scène.

 Un voyage étourdissant dans un navire fou, exubérant  voguant  au milieu des vagues d’un grand poème, celui de la vie au théâtre,   éclaboussant  les rainures de cette fameuse réalité rugueuse. Autrefois, des pèlerins emportaient un peu de terre promise dans leurs bagages, aujourd’hui c’est au théâtre que les spectateurs ont la possibilité de tremper leurs lèvres dans un peu d’eau de mer miraculeuse , en quête d’apparitions, celles du poète et comédien. Un grand bravo à toute l’équipe du navire !

 Paris, le 9 Avril 2015                    Evelyne Trân

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s