Comme un cri de Patrice AUVRAY Au Théâtre Les Déchargeurs – 3, rue des Déchargeurs 75001 PARIS – du 3 Mars au 21 Mars 2015 du Mardi au samedi à 19 H 30

COMME UN CRI

Le récit d’un naufrage oublié 6 Nuit du 26 septembre 2002 – naufrage du ferry Joola –  Adapté de Souviens toi du Joola  publié aux éditions GLOBOPHILE par Amélie ARMAO

Auteur : Patrice Auvray
Artiste : Jean-Christophe Leroy
Metteur en scène : Amélie Armao

 « Trois jours de deuil national pour le Titanic sénégalais » titrait le journal  Libération sous la plume de Florence AUBENAS, lorsque fut annoncé le naufrage du Joala,  dans la nuit du 26 Septembre 2002.

 Le récit de cette nuit d’enfer par le seul rescapé français Patrice AUVRAY constitue un témoignage unique sans commune mesure avec les commentaires des médias et du pouvoir en place.

 Amélie ARMAO a souhaité adapter le livre qu’a mis dix  ans à écrire Patrice AUVRAY « Souviens-toi de Joola » parce que dit-elle c’est le rôle du théâtre de «  Dénoncer les injustices, mettre en lumière des moments de vie, passer au microscope des histoires de vie… ».

 Le récit de Patrice AUVRAY répond donc à ses exigences. Et le spectacle, pourtant très dépouillé, puisqu’on n’y voit qu’un homme plongé dans un espace blanc de 9 M2, de la taille d’une cellule, a valeur de cri comme une immense vague, évoquant la célèbre peinture de MUNCH.

 C’est un homme hébété qui parle, suffoqué, qui revit son « naufrage » devant le public comme si la mer dans laquelle se sont noyés plus de 2000 personnes dont sa compagne Corinne, il l’avait encore dans la bouche, les yeux, les narines.

 Il ne peut effacer de sa mémoire le bruit de la centaine de passagers enfermés et oubliés dans la  coque du Joola, ni les mains qui s’agrippaient  à ses chevilles pour tenter de faire surface, ni bien sûr sa compagne  disparue alors même qu’il se trouvait à ses côtés.

 Il n’y a aucun voyeurisme  à porter attention au récit de cet homme qui n’entend pas être spectaculaire. Il ne s’agit pas non plus de faire étalage de ses états d’âmes. En tant que témoin, Patrice AUVRAY considère que c’est un devoir pour lui d’apporter son témoignage  parce que le drame a une origine humaine, la négligence puis l’indifférence.

 Nous avons envie de saluer le courage de cet homme qui revit à travers ce récit une expérience que d’aucuns auraient envie  de refouler, d’oublier coûte que coûte.

 La vérité c’est qu’ayant la sensation d’être un survivant, Patrick Auvray veut parler pour ceux qui  sont morts  injustement autour de lui, au risque de souffrir, de raviver sa blessure.

 Ce témoignage nous parvient sur la scène du théâtre des Déchargeurs par la voix d’un comédien Jean-François LEROY absolument saisissant. A l’écouter, on croirait qu’il est l’auteur lui-même de la pièce.

  Non, il ne s’agit pas d‘un spectacle de divertissement mais nous n’avons pas perdu notre temps, cela est sûr, en allant assister à cette confession publique d’un homme qui parle pour les hommes, pour nous sortir de cette obscurité terrible, l’indifférence.

 Paris, le 8 Mars  2015            Evelyne Trân

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s