Les Saisons – Vivaldi Piazzolla spectacle musical – Mise en scène Cécile JACQUEMONT – du 21 janvier au 22 février 2015 au Théâtre le Ranelagh – 5 rue des Vignes – 75016 Paris

saisons_web

Mise en scène : Cécile JACQUEMONT – Chorégraphie Joëlle  BOUVIERMusique : Vivaldi – Piazzolla ; littérature : Carl Norac ; théâtre : Irène Jacob ; peinture : Laurent Corvaisier

Voilà un très joli spectacle musical qui enchante aussi bien les oreilles que les yeux. Les musiciens du Concert Idéal et la violoniste solo Marianne PIKETTY, prenant souche dans une sorte de forêt fabuleuse,  interprètent les saisons de deux compositeurs, l’Italien VIVALDI et et l’Argentin PIAZOLLA.  Les musiciens ne sont pas seulement concertistes, ils sont acteurs mobiles faisant corps avec leurs instruments dans un sorte de ballet en pleine suspension où seules les émotions appelées saisons auraient rendez-vous.

 Le visiteur qui entre dans cette forêt musicale respire, s’étonne, bute sur des branches, se cache, à la fois ravi et inquiet d’éprouver cette sensation que tout autour de lui remue, fait du bruit, parle. Les partitions de Vivaldi et PIAZELLO se répondent tantôt mélancoliques, tantôt graves et sourdes, tantôt presque violentes.

 Si les saisons persistent et évoquent des climats aux antipodes, l’espace et le temps sont abolis comme dans un conte de fée, où seule compte l’apparition de l’événement sonore qui soulève les musiciens.

 Reviennent  à l’esprit les vers de ce magnifique  poème de Baudelaire « Correspondances » :

Comme des longs échos qui de loin se confondent 
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

 Car tous les individus qui composent le spectacle témoignent de leur personnalité propre. La narratrice Irène JACOB qui raconte la rencontre sentimentale et mystérieuse de deux enfants, de façon très aérienne, doit trouver son chemin parmi les musiciens sans rompre le charme. Elle  y parvient comme l’œil du spectateur qui croit frôler à son tour l’épaule de   Marianne PIKETTY qui pète le feu.

 Les saisons  se mélangent et fusionnent aussi bien musicalement que visuellement. Le spectateur peut devenir le peintre d’un instant, il n’achève pas son tableau, il le vit. Sur fond de scène, le peintre Laurent CORVAISIER  dresse sa toile faisant apparaitre la figure d’un homme « totem » à l’horizon des paysages, imperturbable qui ne fait vœu que de spectacle.

 La metteure en scène Cécile JACQUEMONT et la chorégraphe Joëlle BOUVIER, orchestrent avec beaucoup de délicatesse, de douceur, cette effusion musicale, où crépitent comme au coin du feu, les âmes étourdies de VIVALDI et PIAZOLLA.

 Un grand bravo  à toute l’équipe particulièrement inspirée qui offre aux spectateurs, un bel arc en ciel artistique. Nous avons découvert avec stupéfaction le  potentiel de ces musiciens capables de se mettre à genoux, de mimer leurs rêves, nous avons assisté à la création d’un tableau sur l’instant et nous avons été touchés par la présence à fleur de peau d’Irène JACOB vagabonde d’un texte un peu échevelé, migratoire de Carl NORAC.

 Un spectacle musical superbement interprété à voir en famille, susceptible d’éveiller bien des vocations, qui interpelle aussi par son originalité, sa vivacité éclectique !

 Paris, le 25 Janvier 2015                  Evelyne Trân

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s