HAMLETde William Shakespeare, mis en scène par Daniel Mesguich au Théâtre de l’Epée de Bois – Cartoucherie de Vincennes – du 4 au 30 novembre 2014 du mardi au samedi à 20h30 – Dimanche à 16h00

hamlet-cover1

Auteur : William Shakespeare
Artistes : William Mesguich, Anne de Broca, Zbigniew Horocks, Philippe Maymat, Rebecca Stella, Eric Bergeonneau, Yann Richard, Florent Ferrier, Marion Fremont, Sarah Gabrielle, Tristan Willmott, Joëlle Lüthi
Metteur en scène : Daniel Mesguich

Il est impossible d’autopsier HAMLET, la pièce la plus connue de Shakespeare sur laquelle des milliers d’érudits se sont penchés.

 C’est l’histoire d’un homme qui a la révélation du meurtre de son père par son oncle et qui reçoit l’ordre par la voix d’un spectre de le venger. Cette révélation trouble d’autant plus l’esprit du héros que ce dernier avait l’intuition de cette infamie, étant déjà passablement dégoûté par le mariage de sa mère avec son oncle, dès le décès de son père.

 Hamlet est un personnage complexe qui ne recule pas  devant la vérité puisqu’il accepte d’écouter le spectre. Dans sa position de voyant qui sait ce qui se cache derrière la bonhomie de son oncle, la perception de son entourage devient plus aigüe. En proie à une lucidité ténébreuse, il simule la folie pour mieux déchirer progressivement, les masques de ses proches. La vengeance qu’il doit accomplir étant inéluctable, il se trouve malgré lui dans la position d’un homme dont la vie des autres dépend. C’est ce malgré lui qui fait obstruction à son action immédiate.

Tant que les  personnages vivent dans l’illusion, celle du bonheur, les rapports amoureux et filiaux, tout va bien, mais dès lors qu’un coin du voile se soulève signifiant la présence du mal et du vice, tout s’effondre.

 Cette pièce parle dans le fond des limites psychiques humaines  et de ces  émotions qui n’ont pas d’autre choix que de passer par le langage de la folie,  ou s’exorciser au théâtre.

 C’est à travers le regard d’Hamlet que Daniel MESGUICH  conçoit sa mise en scène aussi déconcertante que le personnage. Il fait sortir du miroir les doubles d’Hamlet et d’Ophélie. Hamlet et Ophélie aussi fous l’un que l’autre peuvent bien être plusieurs. Dans un monde où l’apparence est de rigueur, Hamlet décide de jouer son personnage aux yeux de tous et même de lui-même, ce qu’exprime fort bien William MESGUICH insaisissable.

 La fameuse tirade d’Hamlet « être ou ne pas être … » que l’on attend comme la chute du Niagara sort confusément de la bouche du comédien qui doit assurer la pantomime du meurtre du père devant le roi et la reine. Petite déception vite oubliée lorsque dans la position du penseur de Rodin, le vrai Hamlet  « s’y colle » enfin.

 Plusieurs lits font leur apparition, lit de couple, lit d’enfant. Polonius devient un personnage haut en couleur. Une scène particulièrement violente nous montre Hamlet jetant dans les bras de sa mère le cadavre de Poloniums.

 C’est Hamlet qui s’empare d’Hamlet sous les feux de ses fantasmes. Il est omniprésent dans ce spectacle, sous les traits de William MESGUICH, le socle et l’enclume dans la voix, et la prestance d’un Gérard Philipe.

 Il y a une leçon de théâtre dans la pièce que donne Hamlet aux comédiens qui dit notamment que la scène doit offrir à la vie un miroir. Celui qu’offre Daniel MESGUICH  est très personnel. Ce sont des éclats de verre saillants mais solides qui tendent vers le rêve. Entrée et sortie, nous retiendrons au final, cette vision d’Hamlet jouant au ballon devant son beau-père et sa mère, c’est la plus suggestive, la plus impertinente.

 Avec une belle distribution de comédiens, toute la mise en scène d’Hamlet par Hamlet, dérange, déconcerte, interroge, mais ne peut laisser indifférent.

 Paris, le 9 Novembre 2014              Evelyne Trân

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s