LUCRECE BORGIA de Victor HUGO à LA MAISON DES ARTS DE CRETEIL – PLACE SALVADOR ALLENDE 94000 CRETEIL du mercredi 15 au samedi 18 octobre à 20h30

news_14_medium_fr

Mise en scène et scénographie : David Bobée.
Assistanat à la mise en scène et dramaturgie : Catherine Dewitt.
Avec : Béatrice Dalle, Pierre Cartonnet, Thierry Mettetal, Radouan Leflahi, Marc Agbedjidji, Mickaël Houllebrecque, Juan Rueda, Pierre Bolo, Jérôme Bidaux, Marius Moguiba, Catherine Dewitt.
Composition musicale / Chant : Butch McKoy
Régie générale : Thomas Turpin
Création lumière : Stéphane Babi Aubert
Costumes :  Augustin Rolland
Création musique : Jean-Noël Françoise
Création vidéo  : José Gherrak
Conception et construction des décors : Salem Ben Belkacem, avec les équipes techniques et administratives du CDN de Haute-Normandie.David Bobée
 : mise en scène et scénographie
Catherine Dewitt : assistanat à la mise en scène et dramaturgie –

Beaucoup l’ont dit, Victor HUGO était un visionnaire et un grand émotif. Le verbe chez lui qui a pour synonyme le souffle se nourrit d’émotions visuelles intenses. Ce fut l’horrible spectacle de la mise  à mort en public d’un assassin qui lui inspira le texte du condamné à  mort. Hugo n’entendait pas  seulement des voix, il entendait des images. Il faut croire que  celles-ci le poursuivaient pendant ses rêves et à l’état de veille car il était aussi peintre.

 Dans sa préface pour Lucrèce BORGIA, Victor Hugo dit que le théâtre est  une tribune, qu’il a une mission sociale et humaine. Lui  qui  a combattu toute  sa vie contre la peine de mort voulait faire entendre qu’un assassin était encore un homme. Avec le portrait de  Lucrèce BORGIA, condamnée par la postérité pour ses crimes, tel un avocat de la défense, il entend retrouver la trace humaine de cette femme à travers une réalité sublimée, celle de mère.

 La mise en scène de David  BOBEE dialogue de plain-pied avec un Victor Hugo, jeune et impétueux. C’est toute l’énergie de la jeunesse qui investit les tréteaux, les escalade, presque comme dans un film de cape et d’épée. Un immense échafaudage dans la Maison des Arts de Créteil remplace la superbe façade du château de Grignan. Mais la lumière ruisselle le long de toutes ses poutres en fer qui se reflètent dans un bassin, pataugeoire des passions humaines, sorte de réverbération maligne  des Borgia.

 Le jeu des lumières parfaitement maitrisé est spectaculaire. Dans ce bel espace qu’offre la scène de la Maison des Arts de Créteil, grâce aussi à la présence de l’eau qui appelle le ciel, le spectateur peut même se croire en plein air.

 Elles sont terribles les scènes où l’on voit  Lucrèce, Béatrice DALLE, s’aplatir dans l’eau comme une bête humaine, parce que tantôt on la voyait dans son apparat de reine, majestueuse et fière. Toute cette fierté  mise en bas, pour seulement accoucher à l’intention de son fils Gennaro, cet aveu d’une voix douce, incroyablement douce « Je suis ta mère « 

 Cette embellie surprenante de la douceur écrase alors les turpitudes humaines exprimées de façon grotesque mais joyeuse lors de la fête orgiaque des amis de Gennaro chez La NEGRONI.

  Le metteur en scène semble avoir le sens de la mélancolie qui  ronge au-dedans des humains déboussolés, déchirés aussi bien par leurs passions, que le sentiment de leur vacuité.

 A cet égard, le personnage de Gennaro incarne l’enfant universel dont l’avenir est entaché à la  naissance par les forfaits de ses géniteurs.

 Pierre CARTONNET exprime fort bien ce mal d’être en quête d’une raison de vivre et d’aimer. Béatrice DALLE est une Lucrèce simplement humaine, qui témoigne de ses propres blessures affectives et qui dans sa descente aux enfers, retrouve la trace d’un amour invoqué, celui d’une mère.

 Jérôme BIDAUX en cynique  Gubetta est excellent, Thierry METTETAL, Don Alfonse d’Este, est saisissant en époux jaloux révolté et  Catherine DEWITT, la Negroni  est étincelante de verve et sensualité.

 Les comédiens circassiens qui forment la troupe d’amis de Gennaro sont  un chœur ruisselant d’émotions en concert avec la voix profonde et mélancolique de Butch McKoy, à elle seule un tableau magique et étrange que pourrait parcourir  le visage d’Hugo lui-même.

 lucrece borgia bis

Mise en scène par David BOBEE, la pièce Lucrèce BORGIA n’est pas seulement spectaculaire, elle ouvre la voie aux multiples et parfois inattendues correspondances des voix humaines. Si le théâtre est le lieu de tous les possibles pour les créateurs, il doit être aussi le lieu de tous les publics, il est à charge d’âmes entre ciel et terre, puisque toute œuvre est une action disait encore Hugo. Décidément, il faut croire qu’il s’est  théâtralement incarné chez David BOBEE.

Paris, le 18 Octobre 2014,     Evelyne Trân

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s