LA GRANDE NOUVELLE d’après Le Malade imaginaire de Molière de Jean-Louis Bauer et Philippe Adrien – mise en scène Philippe Adrien

116244-la-grande-nouvelle

avec
Patrick Paroux – Argan
Lison Pennec – Angèle, fille d’Argan
Nathalie Mann – Aline, deuxième femme d’Argan
Jean Charles Delaume – Psy, coach d’Aline et Thomas Dupont
Jean-Marie Galey – Marc, frère d’Argan et Dupont de la Roche
Arno Chevrier – Charly, amant d’Angèle
Pierre Lefebvre – Antoine, ami de Charly

et à l’écran
Dominique Boissel
Nadège Gbouhouri
Dominic Gould
Yilin Yang
et l’aimable participation
de Maxime Lefrançois

La maison intelligente, informatisée jusqu’au moindre recoin, nous pend elle au nez ?  Depuis l’intrusion de la webcam, du téléphone portable, d’internet évidemment, il y a de la pagaille dans les hormones des rejetons d’ARGAN, le célèbre malade imaginaire ridiculisé en son temps, à la fin du 17ème siècle par MOLIERE.

 Molière réglait ses comptes à ces affreux charlatans de médecins, Philippe ADRIEN règle les siens aux gourous du monde moderne qui envahissent nos foyers et intoxiquent nos cervelles de fausses et bonnes nouvelles, la meilleure étant la promesse de vivre mille ans pour les plus riches qui auront su garantir leur capital jeunesse.

 La famille d’ARGAN est devenue la famille ADDAMS. Pèle mêle s’y retrouvent la mordue de la chirurgie esthétique ex BELINE, Angèle la fille d’ARGAN, adolescente déboussolée, Charly ex Cléante amant d’Angèle, le psychologue et le financier ex DIAFOIRUS et PURGON.

 La scénographie de cette maison intelligente est assez impressionnante, grand écran et visualisation sur le mur du téléphone portable suffisent au décorum d’un  monde moderne où seuls ses habitants ont conservé quelques tics  préhistoriques.

Philippe ADRIEN et Jean-Louis BAUER, les auteurs de cette farce, n’entendent pas prendre au sérieux  ces éphémères roulés piteusement dans la farine par des sirènes de plus en plus virtuelles et  contagieuses.

 Les comédiens semblent être tombés dans un pot de peinture clownesque. Ca dégouline de toutes parts. Superbe composition de Nathalie MANN en travesti belle plante, facétieuse transformation de Pierre LEFEBVRE en femme vaudou, la jeune Lison PENNEC est une charmante insupportable Angèle, et Patrick PAROUX campe un  ARGAN infatigable.

 Philippe ADRIEN se lèche les doigts dans le burlesque de notre environnement, clin d’œil à ces jeunes sans doute qui vont devoir vivre encore mille ans dans ce foutoir de la modernité dont on nous rabattait les  oreilles déjà en 1673, souvenez-vous !

 Rions donc ! L’apoplexie, les crises d’épilepsie, c’est pour demain, dans mille ans, nous chante Philippe ADRIEN. Ouf, nous sommes sauvés !

 Paris, le 28 Septembre 2014   Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s