Palais de Glace de Tarjei Vesaas au Théâtre de l’ATALANTE 10 place Charles Dullin, 75018 Paris – Du vendredi 28 mars au lundi 7 avril 2014

 

Palais-de-Glace-web

Adaptation : Joël Jouanneau
Mise en scène : Stéphanie Loïk
Assistants : Daniela Labbé Cabrera, Igor Oberg
Avec : France Darry, Daniela Labbé Cabrera et Pauline Barboux et Jeanne Ragu (danseuses sur quadrisse)
Création musicale : Jacques Labarrière
Création lumières : Gérard Gillot
Création costumes : Mina Ly
Diffusion sonore : Guillaume Callier

Voilà un spectacle qui nous plonge au plus profond des sécrétions de l’enfance. Un peu comme si l’enfance était un pays aussi étrange que les forêts, les montagnes, tous ces lieux de nature qui souvent nous parlent dans la solitude, le silence, l’intimité.

 L’esprit de Tarjeai VESEAS, grand poète norvégien, pourrait inspirer le titre d’un conte «  la main volée de l’enfance ». Son roman « Palais de Glace » fidèlement adapté pour la scène par Joël JOUANNEAU, raconte en effet la disparition d’une enfant.

 L’évènement en soi est tragique mais il est surtout expressif du sentiment de l’auteur d’avoir vu s’envoler sa propre enfance.

 Le Palais de Glace est à la fois une description fantastique d’un paysage surnaturel quoique réel et celui du monde intérieur de deux enfants qui ont eu le privilège de communier sur la même longueur d’onde, en un mot de s’aimer.

 On en viendrait même à penser que  ce Palais de Glace est recréé par l’enfant où qu’il s’est mis à geindre, à prendre consistance, du fait même de l’esprit de l’enfant. Le  Palais existe grâce à l’enfant.  

  Dans sa mise en scène Stéphanie LOIC fait coexister le monde de la parole et celui du silence de façon à laisser libre l’attention du spectateur entre ouïe et vision.

PALAIS_GLACE_180112_BD_017

 Les corps des jeunes danseuses sur quadrisses qui s’enchevêtrent autour d’une corde,  traversés de lumières bleues et vertes, expriment de façon extraordinaire ce Palais de Glace,  suggèrent ses  grottes, ses labyrinthes, de même que l’amour des deux enfants SISS et UNN qui flirtent avec les sensations magiques de va et vient entre apparition et disparition, entre rappel et oubli.

 Stéphanie LOIC a choisi des interprètes de premier plan. Leurs apparitions sur scène sont scripturales. Le Palais de Glace, la maison, la nuit, l’enfant, l’adulte, et le tumulte des années, des jours et des attentes, passent à travers les visages et les voix de France DARY et Daniela LABBE CABRERA.

 SONY DSC

Ajoutons que la création des lumières par Gérard GILLOT est captivante. Nous savions que les couleurs étaient musicales mais le bleu et le vert entre ses mains sont véritablement palpables.

 Un autre attrait de ce beau spectacle, c’est de nous donner envie de découvrir ce grand écrivain Tarjei VESAAS. Il s’agit d’un poète, dans le fond  très simple, qui pointe le bout de la langue vers le dehors pour nous suggérer comme elle pique la vie seulement dans les yeux d’un enfant.

 Paris, le 2 Avril 2014                                Evelyne Trân

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s