CHATTE SUR UN TOIT BRULANT de Tennessee WILLIAMS, mise en scène par Claudia STAVISKY au Château de GRIGNAN du 29 Juin au 24 Août 2013

La distribution : Laure Marsac, Philippe Awat, Alain Pralon,Christiane Cohendy, Stéphane Olivié-Bisson Jean-Pierre Bagot, Patrice Bornand

Pour illuminer les fêtes nocturnes du Château de GRIGNAN,  les organisateurs du festival ont choisi cette année, un joyau de la littérature américaine « Chatte sur un toit brûlant » de Tennessee WILLIAMS.

Mais disons le tout de suite, il s’agit d’un joyau à terre humaine qui n’a rien à voir avec les joyaux de la couronne. Dans cette pièce écrite dans les années 50,  Tennessee WILLIAMS retourne la terre des voix familiales, souterraines et artificielles avec une aisance remarquable. Comme s’il avait cultivé dans son jardin depuis le fin fond de l’enfance tous les personnages qui occupent sa pièce.

 Tous ces personnages ont double face, du moins c’est que doit imaginer l’enfant qui observe les adultes : ils parlent de vie et de mort. La mort est associée à une rumeur, elle plane comme un doute, elle n’arrive pas nécessairement mais son idée sème le trouble.

 La famille, lieu où l’intime frôle toujours les murs des conventions. Tous les commentateurs soulignent que Tennessee WILLIAMS n’a cessé de dénoncer le conformisme social.

 La famille Pollitt se réunit pour fêter l’anniversaire du patriarche. Mais cette fête n’est qu’un artifice de pacotille pour faire bonne mine alors que tout va mal : le grand père souffre d’un cancer, le jeune couple Brick et Maggie ne fait plus l’amour, la grand- mère est sans cesse humiliée par son mari, et c’est le couple le plus conventionnel de Mae et Gooper (étonnant Stéphane OLIVIE-BISSON), d’apparence le plus insignifiant qui camouffle le plus sa misère affective et spirituelle.

 C’est pathétique, et nous avons tous les ingrédients pour former un épisode du feuilleton « Plus belle la vie ». Sauf que ce qui est vraiment passionnant chez Tennessee WILLIAMS, ce sont ses dialogues, l’impression pour le spectateur de  voyager dans les pensées intimes d’individus hors du commun auxquels nous pouvons nous identifier.

 Maggie et le grand père Pollitt font figure de ces personnages hors du commun, parce qu’ils débordent de vitalité, parce qu’ils aiment la vie. Et pourtant dans la pièce, avec Brick, chacun souffre, Maggie d’être privée d’affection sensuelle,  le grand père Pollitt de maladie.

 Il y a tous ces va et vient de la vie et de la mort qui traversent la pièce qui se déroule au cours d’une seule journée. Va et vient de l’amour et de la haine également.

 L a trame est élastique, très élastique. L’on dit que la vie ne tient qu’à un fil mais c’est parler d’individus. Et la mémoire ne tient pas qu’à un fil mais à plusieurs. Quoiqu’il en soit, sur un plateau d’argent, la scène aux pieds de la façade grandiose du Château de Grignan, la metteure en scène Claudia STAVISKY,  avec souplesse, relie l’élastique trame imaginaire de la vie selon WILLIAMS, à ses deux piliers : l’argent et … l’amour,  puisque sans amour, tout peut bien déchoir.

 Cet élastique dépend aussi du mistral, de la pluie et des cigales, qui font de chaque représentation un moment unique qui s’accorde  aussi bien aux humeurs des comédiens qu’à celles du ciel de Provence.

 Dans ses notes pour le décorateur Tennessee Williams indique que « le décor ne devrait avoir d’autre toit que le ciel ». C’est chose réalisée au château de GRIGNAN avec une émotion tendre  qui se diffuse graduellement de la façade du château illuminée aux gradins des spectateurs. La tête renversée vers le ciel étoilé, il est facile de voir s’y refléter et courir les personnages de Tennessee :  Maggie, petite abeille  filante, incarnée par Laure MARSAC, survoltée, nerveuse, à fleur de peau,  le grand père Pollitt, interprété avec beaucoup de panache  par Alain PRALON, et  Brick, joué avec mystère par  Philippe AWAT,  peut être un alter égo de Tennessee,  qui se confie à son père, qui parle d’homosexualité (le sujet était tabou et brûlant dans les années cinquante et dans une première version le sujet n’a été qu’effleuré).

 Il faut remercier Claudia STAVINSKY d’avoir su dégager l’aspect  comique et grotesque des situations (où excellent Christiane COHENDY et Clotilde MOLLET)  de sorte que c’est la vie qui continue fiévreusement, charnelle, érotique ou romantique.  Sous l’eau qui dort des conventions, souvenons-nous, le feu des passions couve. Et c’est palpable, en ce moment au Château de Grignan, chaque soir , sous la pluie des paroles des personnages de Tennessee, qui courent comme des cigales irrésistiblement attirées par la lumière de la façade enchantée ,  et qui vocalisent, comme dans un rêve !

 Paris, le 5 Août 2013                                  Evelyne Trân

4 commentaires sur “CHATTE SUR UN TOIT BRULANT de Tennessee WILLIAMS, mise en scène par Claudia STAVISKY au Château de GRIGNAN du 29 Juin au 24 Août 2013

  1. Je devrais lire cette pièce de Tennessee William en anglais puisque j’ai l’avantage d’etre bilingue. Le nom de cette pièce est très connu ainsi que son auteur mais je l’ai jamais lu…
    Le politically correct est prédominant dans la Societe americaine. Bien plus qu’en Europe. On ne doit jamais deballer ses émotions, opinions politiques. Tout doit etre propre et aseptisé.
    L’argent est le moteur de la société americaine, plus que l’amour. J’ai dernièrement lu un article qui dit que 40 % des femmes ou hommes qui commencent une relation (dating) pose des questions sur les comptes en banques, credits et si la personne n’est pas responsable financierement, la plupart rompent la relation….
    Cette piècecdate des annees 50 mais rien n’a changé … Sauf l’acceptation de l’homosexualité et de ses droits. Anyway, je vais lire cet auteur …. ! Un americain au Chateau de Mme Sevigné ! Amusant !

    J'aime

    1. Je vous conseille vivement soit de lire la pièce ( elle est disponible en livre de poche) soit pourquoi pas voir le film avec Elisabeth TAYLOR et PAUL NEWMAN.
      Il s’agit d’une pièce très « forte » qui parle de sexualité de façon inouie pour l’époque mais tellement vraie !!!
      WILLIAMS a tout de même reçu le prix PULITZER .

      J'aime

  2. La chatte sur un toit brulant est une histoire très intéressante pour ceux qui ont déjà eu l’occasion de lire le roman. Cela parle vraiment de son époque sans aucun tabou, car il met en valeur des sujets sexuels, avec une grande précision et beaucoup de détail. J’attire alors l’attention des amateurs d’histoire et surtout de l’art vers ce roman très remarquable.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s