FREEZE ! Answers are blowing in the wind – Création in situ de NICK STEUR au château d’AGLIE, le 12 Juillet 2013 et au château de RIVOLI, le 13 Juillet 2013

Dans le parc du château d’Aglié, la nuit est encore très claire. Les spectateurs descendent tranquillement les marches de l’imposant perron pour s’approcher d’un curieux bonhomme affairé autour de cubes en verre.

 C’est Nick STEUR  qui expose des pierres dans une  galerie en plein air sur la pelouse. Devant le regard médusé des curieux, Nick STEUR se livre à un exercice d’équilibriste qui pourrait rappeler celui, oh combien périlleux, des bâtisseurs de châteaux de cartes.

Ce qu’il choisit de mettre en équilibre ce sont des pierres de taille, de formes très diverses dont nous ignorons l’origine, l’histoire, mais qui, très certainement, l’ont séduit.

 Nick STEUR est extrêmement concentré; la pierre en soi n’est pas dangereuse mais sa matière recèle des possibilités à explorer. Pour  l’utiliser non plus comme un objet mais comme une amie, il  faut la connaitre.  Sans nul doute, le fait seul de toucher la pierre instruit l’artiste, sur sa résonance, sa densité, et il communique avec elle. Une pierre est vivante et c’est pour cela qu’elle peut accompagner le désir d’un homme, se laisser apprivoiser par lui.

 Nick STEUR est peut-être un dompteur de pierres. La vérité est qu’il entend exprimer sa joie de manipuler des pierres en leur offrant des apparitions inattendues, en leur faisant profiter d’une intention éphémère mais inoubliable.

 Les sculptures nocturnes de Nick STEUR, ne reposent que sur un souffle de pause.

Les pierres se rejoignent dans la mémoire de celui qui les utilise et au-delà puisque c’est sur l’instant, tandis qu’une fontaine coule, que des spectateurs chuchotent, que  Nick STEUR  va leur offrir une nouvelle figure.

 Spectacle insolite, captivant où l’homme semble murmurer à l’oreille des pierres pour les faire « danser » au moment même où nous retenons notre souffle pour les voir. Et nous pensons que nous avons participé avec un peu de ferveur à l’éclosion de ces sculptures, en sondant presque miraculeusement  avec Nick STEUR, l’âme de ces pierres qui ne soupirent qu’en silence.

 Paris, le 13 Juillet 2013                               Evelyne Trân              

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s