IMMERSION un film de Jaques DUTOIT avec Bernard GUILLOT à la Cinémathèque de Paris

Je dois avouer avoir été suffoquée d’émotion lors de la projection du film de Jaques DUTOIT, ce Lundi 10 Juin 2013.

Le titre immersion convient tout à fait à cette plongée dans le quotidien d’un artiste épris de la nature , à l’affût  d’apparitions qui témoignent des correspondances entre son imaginaire et son environnement.

« L’homme fait partie de la nature et j’ai mis du temps à le comprendre  » nous confie Bernard GUILLOT à l’issue de la projection.

L’homme fait corps avec le paysage et le regard de Jaques DUTOIT devient palette de peintre pour partir à la rencontre d’un lieu extraordinaire, une maison de campagne dans le massif central aux Boueix ( commune de Treignat, Allier) . C’est ici que Bernard Guilllot vit en communauté avec l’eau, les plantes, les oiseaux, les insectes et mêmes des fantômes, les êtres invisibles qui peuplent  son histoire.

L’air de rien, on y entend couler la création, l’oeil rivé sur une goutte d’eau suspendue à l’épine d’un buisson et l’on finit par éprouver sur l’instant, le bonheur du peintre aussi humble qu’une fourmi griffant ses tableaux  de toutes  les pensées récoltées au cours de ses voyages .

Le film a la même épaisseur, densité d’une couche de rêve. On imagine volontiers le peintre endormi contre un arbre et ce même arbre entrer en lui et l’envahir végétalement, amoureusement.  Le coup de  crayon de l’artiste devient un dialogue ininterrompu avec la nature, et l’on comprend cette gageure d’invisibilité du peintre ( celle que choisit le réalisateur) pour ne laisser place qu’au mouvement du regard de l’autre, le tableau devenant un puits, une source d’expression en attente,  toujours en émoi puisque vivante , puisque pleine aussi du bruit sourd et magique de la création. Une fleur qui pousse, n’est ce pas de la création? Et la main du peintre qui descend sur la toile pourrait faire penser à une tortue ou autre animal préhistorique, qui vient pondre ses oeufs.

Les commentaires  de l’artiste sont brefs, ils épousent le rythme du film lent  et fluide à la fois. La caméra de Jaques DUTOIT court sur le visage de son personnage comme si elle parcourait une route de montagne. Le visage est un paysage vivant qui bruit comme une forêt, passant à travers une maison, une chaise, un arrosoir, un peu étonné aussi comme un oiseau qui se sentirait observé. Mais l’observation de Jaques DUTOIT  est aussi calme qu’une flaque d’eau devenant réceptacle d’un pétale ou une graine de fleur.

Le spectateur pénètre  dans l’habitat ouvert de Bernard GUILLOT presque comme un personnage de conte de fées qui découvrirait une maison dans la forêt et qui y entrerait innocemment. La maison est accueillante et la nuit quand les oiseaux se sont tus, on y entend aussi de la musique, celle qui accompagne l’artiste.

Remarquablement monté le film, davantage qu’un documentaire, est un poème aussi léger et fort qu’un arbre nous gratifiant d’un signe d’amitié. C’est profondément émouvant.

Paris, le 23 Juin 2013                          Evelyne Trân

Bernard Guillot, né en 1950 à Bâle en Suisse, vit en France.
Il pratique à la fois peinture, dessin, photographie, photographie peinte, avec un goût du merveilleux, de l’énigme, de l’intemporel. Un lien particulier le lie à l’Egypte, où il façonna son regard 25 ans durant. Il montre régulièrement ses travaux à Paris, New York, au Caire et a obtenu la Médaille d’or de dessin à la Biennale d’Alexandrie en 1984, une Bourse de la Villa Médicis en 1985 et sa monographie catalogue Le Pavillon Blanc (Ed. Filigranes) a obtenu le Prix Nadar en 2003.Bernard Guillot est représenté dans diverses collections incluant le musée d’Art moderne de la ville de Paris, le Centre Georges Pompidou, le Fonds National d’Art contemporain, le musée d’Art moderne de Nice, la Bibliothèque Nationale, l’université Américaine du Caire et diverses collections privées.

A voir et écouter l’interview de Jacques DUTOIT

http://www.telebielingue.ch/fr/talk-du-6-mars-2013

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s