ROMEO ET JULIET d’après William SHAKESPEARE – Adaptation : Alain Sizey et Vincianne Regattieri au VINGTIEME THEATRE – 7 RUE DES PLATRIERES 75020 PARIS – du 19 Juin au 28 Juillet 2013

Mise en scène : Vincianne Regattieri

Direction musicale et composition : Vincent Heden

Avec : Lucas Anglarès, Sinan Bertrand, Christophe Bonzom, Alexandre Bonstein, Lauri Lupi, Léo Messe

Coréalisation : Vingtième Théâtre et Magnus Casalibus

Scéniquement, un ROMEO et JULIET interprété par des hommes, ça a de l’allure. Vincianne  REGATTIERI entend mettre le feu aux poudres de cette comédie romantique, dans un corps à corps drolatique où tous les personnages grimés et volontiers grotesques assument leur animalité  au chevet d’une histoire d’amour extraordinaire.

 Les  corps rayonnent et peuvent se livrer à leur nature acrobate, jouer de leurs masques et grimoires. Ce sont eux qui parlent d’amour quand ils ne s’entretuent pas. Avant de s’offrir une couronne mortuaire, l’amour se prononce physiquement, il est dionysiaque, fabulateur comme un tableau d’Arcimboldo.

 Des portants de penderie à roulettes et des malles de magicien forment les accessoires exponentiels des comédiens transformistes qui se déplacent sous les feux d’une musique d’inspiration pop et glam rock.

 Cette déclinaison de l’amour fou pris au piège de sa texture baroque, un brin punk, étouffe   volontairement le feu follet si tendre des déclarations amoureuses de Roméo & Juliet.

La poésie de Shakespeare y perd quelques plumes d’Ophélie au profit de celles de paons plus criantes et comiques.

 Où diable la féminité de Shakespeare allait-elle donc se loger pour faire entendre ce pffuit de l’amour qui  ne trouve refuge  que dans l’ombre. A son époque, tous les personnages étaient joués par des hommes, il n’en demeure pas moins qu’il a créé d’authentiques figures féminines avec Ophélie, Juliette, Lady Macbeth  etc…

 Cela dit, l’artifice est maître au théâtre, il faut y consentir et même changer d’habits en tant que spectateurs, en déplaçant son fusil d’épaule. La version extravagante mais conforme à l’esprit bouffonesque du théâtre Elisabéthain, que nous offre Vincianne REGATTIERI donne toute latitude aux comédiens de se livrer corps et âmes aux fantasmes d’un Shakespeare quoiqu’on en dise, quoiqu’on le joue, toujours bien mystérieux.

  Le 24 Juin 2013                            Evelyne Trân              

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s