THEATRE DE MENILMONTANT : 1984 BIG BROTHER VOUS REGARDE de Georges Orwell – Adaptation Alan Lyddiard – Mise en scène et réalisation filmique de Sébastien Jeannerot – Tous les vendredis à 21h du 14 septembre 2012 au 1er mars 2013

Théâtre du Ménilmontant 15, rue du retrait 75020 PARIS – Durée 1 H 40 

Distribution : Loïc Fieffé, Hervé Terrisse, Swan Demarsan, Jean-Pierre de Lavarene Sébastien Jeannerot, Florence Nilsson, Sébastien Antoine, Pierre Biesmans

1984 est une œuvre monstrueuse au sens étymologique du terme de  Georges ORWELL. Au lieu du King Kong qui crevait l’écran, dans les années 30, Georges ORWELL imagine un BIG BROTHER qui hypnotise tous les esprits tout simplement parce qu’il est un leurre créé par un régime totalitaire qui règne sur le monde.

Celui que décrit Georges ORWELL est inspiré du régime Stalinien et du régime  fasciste. Ceux qui détiennent le pouvoir n’ont pour ainsi dire pas d’âme, ils ont perdu tout sens humain, ils sont devenus des machines et c’est vraisemblablement leur force. Il n’y a qu’à se souvenir comment des officiers nazis pouvaient tuer sans le moindre état d’âme. Parce qu’ils ne pensaient pas, d’autres, leurs chefs pensaient à leur place et c’était très bien comme ça. Il n’y a pas si longtemps, Hitler hypnotisait des foules, il n’y a pas si longtemps, il organisait des autodafés de livres.

 Le héros du roman Winston SMITH travaille au Ministère de la Vérité. Son travail consiste à traduire les archives dans la langue du Parti. Comme Montag, le pompier dans Fahrenheit 451 de Ray BRADBURY, il finit pas douter et comprendre que lui aussi va devenir victime de la Police de la Pensée. Dans l’univers horrifique décrit par Georges ORWELL, l’intimité doit être exclue du vocabulaire. Tous les individus sont espionnés jusque dans leurs chambres où par l’entremise des télécrans, ils reçoivent des leçons de  fonctionnaires .Aujourd’hui, nous en sommes à la webcam et demain ?

 N’est-ce pas la publicité qui alimente la télévision qui trône à table  dans chaque foyer ? N’a-t-on pas remarqué qu’en zappant sur le poste, ce sont toujours les mêmes informations qui sont relayées, toujours les mêmes animateurs etc…Les maisons d’édition, les journaux font partie de groupes. La pensée unique nous guette-t-elle ?

 En vérité, cela dépasse les bornes de n’importe quel individu. Pour se déclarer indépendant, il faudrait vivre en ermite, seul sur une ile déserte et encore au risque d’être traqué comme une bête curieuse.

 La mise en scène de Sébastien JEANNEROT est dynamique. Un rôle majeur est donné au film diffusé pendant le spectacle à travers quatre vidéo projecteurs. Les images projetées ont un effet plutôt violent. Elles s’intercalent dans l’histoire du héros sur scène, de façon exclusive. Par l’intermédiaire de ces écrans, les spectateurs jouent le rôle d’espions, de voyeurs bombardés par des scènes terribles mais souvent belles d’un point de vue artistique.

 Cet aspect trash et spectaculaire, quelque peu forcené,  dilue la complexité des personnages et du même coup la prééminence de la parole sur  l’image. C’est paradoxalement le texte qui vient illustrer de façon presque chimérique les scènes d’amour ou de torture.

 L’impact sur l’antenne visuelle est indéniable, mais laisse en retrait l’émotion littéraire. Comme si spectacle s’adressait davantage aux lecteurs de bandes dessinées fantastiques et aux amateurs de sensations fortes des films américains.

 Cela concerne le public convié à réfléchir sur sa fonction de voyeur pour réagir mais comment ? En quelle année sommes-nous déjà ? 2013 et 1984 n’a pas fini de nous tirer les cornes .Il ne manque plus que l’ombre du penseur de Rodin pour tirer la barbichette de Big Brother. Où ça au cinéma ou au théâtre ? Aux deux, messieurs, dames puisque Sébastien Jeannerot et son équipe ont réussi à concilier les deux comme deux baguettes magiques capables d’animer sur scène le roman de Georges ORWELL. Actualité oblige !

  Paris, le 17 Février 2013                    Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s