Au Cabaret TCHEKOV, spectacle musical au Centre Culturel Jean-Houdremont – 11 avenue du Général-Leclerc 93120 LA COURNEUVE

    • Programmation : Mercredi, vendredi, samedi : 20h30. Jeudi : 19h. Dimanche : 16h30.

    Distribution : D’après les nouvelles d’Anton Tchekhov, mise en scène Rainer Sievert. Avec Marc Allgeyer, Damiène Giraud, Maria Gomez, Jean-François Maenner, Jean-Luc Mathevet, Jean-Pierre Rouvellat, Frédéric Pradel, Fabian Suarez, Arnaud Vilquin

  • J’avais déjà assisté à une représentation de  L’ours et de La demande en mariage, jouée par la même Compagnie, en plein air dans une cour de récréation en Juin 2011 et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé le même théâtre sur tréteaux sur la scène du Centre Culturel Jean HOUDREMONT.

     Ce petit théâtre ambulant s’ouvre comme une boîte à jeux, une sorte de panière à surprises, si bien soulevée par l’âme de Tchekhov que cette fois-ci ses interprètes ont décidé de s’en donner à cœur joie dans un cabaret créé spécialement pour eux à l’invite de l’auteur lui-même.

     C’est un cabaret bon enfant, et sur mesure dont l’étoffe a été soigneusement découpée, brossée, à même la chair de Tchekhov, du côté charnu, épidermique et tendre.

     Comment l’esprit de Tchekhov peut-il se promener dans un cabaret, un caf conc’, et trouver sa place parmi les spectateurs groupés autour de quelques guéridons en bois ? Incarné par un serveur qui présente quelques numéros désopilants, dans une ambiance musicale exotique très chagallienne (orchestrée par les étudiants du Pôlesup 93), il découvre simplement que les pièces les plus comiques de son répertoire, font partie du spectacle, en tant que tours de magie.

     Ce cabaret concocté avec amour par la Compagnie de la Courneuve, est bâti comme une passerelle, une sorte de Pont d’Avignon où la poésie et le burlesque se réunissent à merveille, sous la houlette d’un metteur en scène inspiré Rainer Sievert.

     Le burlesque retentit à travers les deux farces de l‘Ours et la Demande en mariage qui caricaturent au forceps, à la tenaille, quelques vices de la nature humaine. Mais la poésie, terre d’ambiance de Tchekhov, plane au-dessus des gesticulations humaines. Quel plaisir d’entendre la chanson « Plaine, ma plaine » (musique de Lev Knipper, paroles de Francis Blanche)  ou  Good Bye Gagarine (Allain Leprest/Gérard Pierron) !

     A travers ce cabaret, c’est Tchekhov lui-même qui donne l’opportunité aux spectateurs les plus jeunes, d’ouvrir un pan de rideau sur son œuvre si vaste, avec la seule idée de nous divertir et faire rêver en goûtant à sa poésie.

     Un spectacle comme une fête foraine chagallienne, un tour de piste fellinien, marqué par le style de la troupe, bien trempé, qui se nourrit aussi bien  du théâtre de la rue, des influences de la comedia del arte, que de sa propre expérience sur le terrain à LA COURNEUVE. A voir de toute urgence !

  • Paris, le 12 Janvier 2013     Evelyne Trân                       

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s