HORS-PISTE – Histoires de clowns – à l’hôpital à la Maison des Métallos – 94 Rue Jean-Pierre Timbaud 75011 PARIS – du 4 au 22 Décembre 2012 – Théâtre tous publics à partir de 7 ans –

Direction atelier d’écriture, écriture et mise en scène : Patrick Dordoigne dramaturge consultant : Alain Gautré . Comédiens-auteurs  : Margot Mc Laughlin, Stéphanie Liesenfeld, Doriane Moretus, Vincent Pensuet, Bruno Gare

 

 Cinq comédiens-auteurs du Rire Médecin racontent leur vie à l’hôpital avec pétulance, fièvre, et humour, dans un rythme effréné puisqu’ils jouent tous les rôles et sont tour à tour à tour parents, médecins, infirmiers, enfants et surtout clowns.

Un spectacle vraiment touchant où les clowns venus apporter leur quart de  lune de rêve à des enfants malades, cloués au lit, témoignent de leurs états d’âme, de leurs échanges avec eux mais aussi avec les parents et le personnel hospitalier.

Ce sont des clowns à fleur de peau, traversés comme des éponges par les humeurs des uns des autres – infirmière stressée, adolescent têtu, enfant fermé – qui les traitent ou les maltraitent à cause de leur curieuse identité, comme des animaux de compagnie, des ovnis, des jouets ou ce qui est encore mieux des personnages vivants qui s’improvisent au fur et à mesure, tirant leur inspiration de l’imagination des enfants.

Quel drôle d’animal ! On dirait un artiste, mais dans les hôpitaux, on l’appelle clown ! aurait pu déclamer Francis Blanche. On ne nait pas clown, on le devient. Toutes les histoires que nous racontent les clowns sont réelles, et leur remue-ménage est tel, que nous assistons en direct à la transformation d’un hôpital en cour de récréation, en véritable cour de miracles.

Les clowns jouent le rôle de scribouilleurs de rêves, ils repeignent les nuages en couleurs, ils délirent et ils redonnent espoir. En observant les regards émerveillés des mômes, dans la salle, nous ne pouvons-nous empêcher de penser que les clowns sont vraiment sur leur même longueur d’onde et nous saisissons pourquoi nous avons tant besoin d’eux pour tenir nos rôles d’adultes non seulement à l’hôpital mais dans la vie tout court.

Comme Fanny Cottençon, lors d’une tombola au bénéfice de  l’Association du Rire médecin, qui a rappelé (je cite de mémoire) « Apporter de la gaité dans les hôpitaux aux enfants, ce n’est pas du luxe », nous ne pouvons qu’applaudir ce spectacle qui nous permet  mieux de comprendre le travail des clowns dans les hôpitaux, avec une indéniable vitalité.

Paris, le 9 Décembre 2012                   Evelyne Trân

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s