Poésie du CAP-VERT d’expression portugaise : Ressaca ( ressac) de Osvaldo ALCANTERA alias BALTASAR LOPES

RESSAC D’ OSVALDO ALCANTARA (Musique improvisée de MICHEL SEULS ET Keï YOSHIDA (flûte indienne Bansuri et trompette), lecture Evelyne Trân : Emission DEUX SOUS DE SCENE sur Radio Libertaire du 25 Août 2012

Que viennent toutes les voix et toutes les rumeurs et les cris satisfaits
que viennent les silences compatissants, les silences satisfaits
que viennent  toutes les choses que je ne peux voir à la surface de la société des hommes;
que viennent tous les sables, limons, fragments de roches
que la sonde recueille dans les océans navigables
que viennent les sermons de ceux qui ne craignent pas
le destin de leurs paroles,
que vienne la réponse captée par ceux qui disposent
de détecteurs appropriés ;
que tout revienne au point de départ
et viennent les odes des poètes,
que les poètes se confondent avec la respiration du monde ;
que viennent  tous autour de la ronde des pêcheurs
que les hommes deviennent créateurs ;
que vienne tout ce que je ressens comme vérité
au-delà du cercle terni de la vitre…
J’attendrai religieusement le trésor
que m’apportera la vague maritime…
La terre où mes genoux en douleur s’écrasent
est ma certitude fondamentale.
Mais j’éclairerai de ma lanterne aux mille couleurs
ceux qui viendront
et ils me trouveront sur la ligne de toutes les batailles.
 
P.S : Poème présenté par Mario de Andrade ( la poésie africaine d’expression portugaise) dans la Revue Présence Africaine N°65 du 1er trimestre 1968.
  RESSACA
Venham todas as vozes, todos os ruídos e todos os gritos venham os silêncios compadecidos e também os silêncios satisfeitos; venham todas as coisas que não consigo ver na superfície da sociedade dos homens;venham todas as areias, lodos, fragmentos de rocha que a sonda recolhe nos oceanos navegáveis; venham os sermões daqueles que não têm medo do destino das suas palavras venha a resposta captada por aqueles que dispõem de aparelhos detetores apropriados; volte tudo ao ponto de partida, e venham as odes dos poetas, casem-se os poetas com a respiração do mundo; venham todos de braço dado na ronda dos pecadores, que as criaturas se façam criadores venha tudo o que sinto que é verdade além do círculo embaciado da vidraça… Eu estarei de mãos postas, à espera do tesouro que me vem na onda do mar… A minha principal certeza é o chão em que se amachucam os meus joelhos doloridos, mas todos os que vierem me encontrarão agitando a minha lanterna de todas as cores na linha de todas as batalhas.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s