NIETZSCHE, Zarathoustra et autres textes. Conception et jeu Laurence Mayor. A la Maison de la Poésie – Passage Molière, 157 Rue Saint Martin 75003 PARIS

Collaboration artistique et lumière Philippe Ulysse.  Costume Chen Chen Yin 

Du 8 Mars au 1er Avril 2012  Du mercredi au samedi 20 H, Dimanche 16 H

Il faut  manifestement beaucoup d’audace pour emprunter le chemin de Zarathoustra. Ce grand poème philosophique de Nietzche est aussi dangereux   ou hasardeux qu’une randonnée en montagne pour les piétons des villes habitués aux routes plates. Hasardeux mais pas impossible. Innocemment d’ailleurs, Laurence MAYOR porte des chaussures vernies à petits talons et est vêtue d’une robe bleue toute scintillante comme à la fête.

C’est dire qu’elle se moque éperdument d’être réaliste. Elle embrasse le poème de Zarathoustra comme s’il lui était donné, avec délectation et gourmandise. Il est vrai que les aphorismes qui pleuvent dans l’esprit de Nietzsche pourraient lui  avoir été inspirés par ses propres tribulations. A Eze dans le midi, un petit  village perché sur un rocher, les villageois se souviennent de Nietzsche qui emprunta le chemin étroit et un peu escarpé qui descend vers la mer. Perspective magnifique pour l’esprit de la montagne qui se regarde dans la mer.

Nietzsche partagea ses promenades avec Lou Andrea Salomé dont il tomba amoureux et qui devint la muse de Rilke et la disciple de Freud. Par la bouche de Laurence Mayor, il est facile d’imaginer Nietzsche parler poésie avec Lou.  Parce que la langue de Zarathoustra est aussi mouvementée, incantatoire qu’un appel à l’amour des hommes ou d’une femme, désespéré, provocateur, ambivalent. Zarathoustra comme le double nain de Nietzsche laisse couler une plainte :

« Ils ne me comprennent pas, je ne suis pas la bouche qu’il faut à ses oreilles ils pensent que je suis froid et me prennent pour un railleur aux farces sinistres »

Les arbres pourraient souffler les paroles de Zarathoustra, les montagnes, et mêmes les lampadaires sur place aux yeux aveugles. Zarathoustra n’est pas en quête de l’impossible, l’impossible se trouve en lui et c’est celui de tout homme qui refuse d’être l’arbre qui cache la forêt, qui dit :

« J’aime celui qui ne garde pas pour lui une seule goutte d’esprit mais qui veut être entièrement l’esprit de sa vertu »

« J’aime celui dont l’âme déborde, de sorte qu’il s’oublie lui-même »

La petite cave voûtée de la maison de la poésie tremble sous le verbe de Nietzsche. Et quand la voix de Laurence Mayor rôde derrière les murs, grâce aux jeux de lumière de Philippe Ulysse, on se  croirait en plein film fantastique, derrière le miroir.

Un spectacle impressionnant qui donne envie de lire dans les paroles de Zarathoustra, en se sentant pousser des ailes comme Laurence Mayor, en prenant quelques petites pauses toutefois pour affronter avec Nietzsche « L’esprit de pesanteur » et rire aussi de ces gorgées d’aphorismes cristallins et sibyllins. Zarathoustra, viens trinquer avec nous, santé !

 Paris, le 17 Mars 2012                              Evelyne Trân

 

Un commentaire sur “NIETZSCHE, Zarathoustra et autres textes. Conception et jeu Laurence Mayor. A la Maison de la Poésie – Passage Molière, 157 Rue Saint Martin 75003 PARIS

  1. « J’aime celui dont l’âme déborde, de sorte qu’il s’oublie lui-même » : C’est l’apanage des moines qui font déborder leur âme par la méditation et qui arrivent au nirvana bouddhiste : s’oublier soi même ! s’oublier soi même pour être, simplement être. Il est facile d’imaginer Zarathoustra cheminer dans les ruelles d’Eze et le bleu de la mer. Il aurait pu y aussi trouver Francis Blanche sur sa petite place, devant sa maison et je n’ose imaginer quels poèmes et farces joyeuses auraient pu naitre de leur rencontre… avec la dérision.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s