MAGIE NOIRE Création théâtre-danse-musique menée avec des jeunes artistes des favelas de Recife (Brésil) au Théâtre de l’Epée de bois

Mise en scène Laurent Poncelet Au théâtre de l’Epée de bois – Route du champ de manœuvre 75012 PARIS Réservations 01.48.08.18.75

Du mercredi 7 Décembre au samedi 10 Décembre à 21 Heures, les dimanches 4 et 11 Décembre 2011 à 16 Heures

 Il avait l’air grave le jeune danseur percussionniste à qui nous avons tendu la main, hier soir, à  l’issue du spectacle MAGIE NOIRE. Le metteur en scène venait d’expliquer au public, le pourquoi et le comment de cette grande aventure pour la troupe des jeunes artistes originaires des favelas de Recife au Brésil que constitue leur grande tournée en Europe. Les questions du public étaient appropriées mais nous pouvions ressentir une certaine gêne. Car c’était une façon de les montrer du doigt comme des animaux de cirque de leur dire : « Quelle chance vous avez de pouvoir exprimer vos talents, et maintenant comment allez-vous vous en sortir quand vous retournerez dans vos bidonvilles ? »

En vérité, nous pouvions avoir la conscience presque assommée par le contraste entre ces visages sérieux d’adolescents en survêtement, attendant tranquillement les questions et l’incroyable énergie qu’ils venaient de déployer pour témoigner comme dans un psychodrame de leur vie là-bas à Recife. Comment imaginer cette vie là ? En vérité si leur représentation, nous dispense d’entendre, de savoir, de reculer devant l’insupportable, elle soulève cependant le public vers un ailleurs où il n’y aurait plus de frontières entre la pauvreté et la richesse, entre spectateurs et artistes, mais un désir de partager des expériences en parlant humain. Sont-ils des humains, ceux là qui ne sont pas comme nous ? Nous n’avons jamais vu des individus aussi libres d’exprimer leur allégresse, leurs peines, leur fureur de vivre, se battre, se toucher, s’embrasser, se coucher  au son du tambour. Ils viennent de la jungle, ces gens là, ils sont plus proches des animaux que de nous, les civilisés qui ne savons plus que pianoter sur nos portables et nos ordinateurs puisque nous avons dit adieu à l’ère préhistorique pour franchir l’ère robotique, oh combien plus froide.

Il faudrait arrêter de se regarder comme des étrangers. Le marchand de Venise avait aussi  besoin de dire :  « Ne suis-je pas un homme comme vous, moi qui crie lorsqu’on me frappe, mon sang n’a-t-il pas la même couleur que le vôtre ? »

Le langage de l’homme civilisé serait-il une langue étrangère ? Alors comment ne pas être séduit d’imaginer que le corps puisse  être entièrement porteur de messages parce que si  nous sommes soit pauvres ou riches, soit femmes, ou hommes, il y a une distribution à laquelle, nous ne pouvons pas échapper, celle des émotions, celle des pieds, des mains, du ventre.

C’est ce que tout le long de leur spectacle, nous a démontré avec courage et ferveur, cette jeune troupe de danseurs percussionnistes. Un spectacle poignant, démesuré,  où la nature l’emporte sur le cérébral pour ne pas expliquer, pour suggérer seulement que l’être  n’est pas une big machine : « J’invoque le jour et la nuit, le repos et le désir de courir vers les autres en dansant, la passion et la tristesse,  l’isolement et la joie collective, je me frappe la tête contre les murs, j’appelle ma mère, je me bats contre mon frère,  Non, tu n’es pas mort pour rien, mon frère, j’emporte ton cœur avec moi ! »

Cette pétulance qui est l’apanage de la jeunesse frôle sans arrêt la mort. Mais il y a un tel désir de faire surgir le meilleur, une telle réceptivité au son du tambour que les corps qui se déchainent,  communiquent aussi ce qu’ils reçoivent de la voûte céleste, de la pluie, du soleil, de la terre; ils sont hommes de la nuit et du jour, ils ont beaucoup à nous apprendre.

Ce spectacle rondement mené par Laurent Poncelet, est le fruit mûr d’un  travail de plusieurs années effectué, par ses jeunes au sein d’ateliers de rue, créés par l’ONG  «  O grupo Pé No Châo », les pieds sur terre, pour les sortir « de la spirale infernale, drogue-gang-violence » Ceci dit, ce qui est création dépasse aussi bien les bornes du  genre sexuel que celles de l’origine sociale.

La meilleure façon de remercier ces jeunes artiste brésiliens qui ont fait leurs bagages   pour aller à la rencontre d’un public européen, c’est de nous déplacer à notre tour, nous public parisien, de ranger nos pantoufles  et vite… car les représentations se terminent le 11 Décembre 2011. Les amateurs de danses afro –brésiliennes, hip-hop, capoeira et percussions, seront conquis et les autres dont je fais partie auront l’impression d’avoir fait un grand voyage, corps et âme confondus.

Paris, le 4 Décembre 2011

Evelyne Trân

 

 

 

 

Un commentaire sur “MAGIE NOIRE Création théâtre-danse-musique menée avec des jeunes artistes des favelas de Recife (Brésil) au Théâtre de l’Epée de bois

  1. Les questions du public étaient pertinentes!…. Retourner dans leurs bidonvilles… avec le bonheur d’avoir été un jour très talentueux … Certes avec leur potentiel mais aussi des heures et des heures de travail, de répétition, de représentations….. Et en remerciement un public chaleureux qui aime leur spectacle…..Pensez vous qu’il suffirait simplement de cela à Monsieur Poncelet, metteur en scène pour vivre? …….. Se servir de tout ce talent pour en faire son métier et donc par conséquent être payé grassement sans aucune compensation pour ces artistes de rues…. Je suis scandalisée, choquée par ce profit grâce à des gens vulnérables, fragiles… A tel point que j’avais besoin de l’écrire (un membre de ma famille a été manipulé plusieurs années par Mr Poncelet il faisait jusqu’à 70 h de répétition par semaine sans aucune compensation hormis les applaudissements du public…)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s