UNE VIE d’après le roman de Guy de Maupassant .Avec : CLEMENTINE CELARIE – Mise en scène : ARNAUD DENIS au THEATRE DES MATHURINS 36 Rue des Mathurins 75008 PARIS – Depuis le 4 Octobre 2019 du Mardi au Samedi à 19 Heures – Le Dimanche à 16 H 30 –

Avec Clémentine CELARIE

Mise en scène de Arnaud DENIS

Création Lumières de Denis KORANSKY – Scénographie de Hermann BATZ – Créations Musicales de Carl HEIBERT et Abraham DIALLO – Photo de Bruno TOCABEN – Graphisme de Guillaume SAI

CELARIE

 

C’est un mystère, cette capacité qu’ont les grands écrivains ou dramaturges de pénétrer au plus profond dans le cœur d’une femme. Nous leur devons tout de même d’avoir révélé Antigone, Phèdre, Violaine, Mara, Anna Karénine et cette Jeanne, personnage de toute une vie qui nous oblige et nous renverse parce que chez elle, c’est toujours l’émotion qui culmine, c’est toujours la nature qui parle.

 Imaginez un abyme de sensations, de soif de vivre, si à l’étroit dans un corps de femme qu’il suffise de s’en approcher pour reconnaître dans tous ses remous la mer qui divague.

 De l’attitude d’une femme ou d’un homme face à la mer, il est possible d’extraire l’essentiel, l’universel écho de l’immensité.

 Que nous dit donc Maupassant en nous contant la vie de Jeanne, une femme simple mais si vivante, aussi véhémente dans la joie que dans le malheur sinon que la vie est un voyage, que tout s’y mêle : bonheur, enfantement, déceptions, folie et mort.

 Témoin de son époque, Maupassant nous livre des renseignements sur la condition de la femme limitée au mariage et la procréation et au bon vouloir du mari.

Mais même si nous pouvons imaginer Jeanne plus libérée au 21ème siècle, c’est l’être femme dans tous ses états qui s’exprime.

 Le prisme du fantastique sur une vie pourtant banale, le souffle de la poésie règnent dans ce spectacle mis en scène par Arnaud DENIS avec une scénographie superbe de Hermann BATZ. Nous sommes reconnaissants au metteur en scène de ne pas s’être laissé absorber par une reconstitution historique. Que nous soyons vieux, jeunes, riches ou pauvres, cette Jeanne nous parle, nous émeut, nous bouleverse et c’est toute la sensualité de la langue de Maupassant qui rejaillit à travers l’interprétation intense et lumineuse de Clémentine CELARIE, vraiment exceptionnelle.

 Une vision ne nous quittera pas, celle de Jeanne debout devant les falaises d’Etretat, respirant de plein fouet ce qu’elle attend de la vie, comme si elle lisait dans les vagues de la mer…

 Paris, le 15 Janvier 2020

Article précédemment publié sur le Monde Libertaire :

https://www.monde-libertaire.fr/?article=deux_pieces_(de_theatre)_a_visiter_au_36_rue_des_Mathurins

 Evelyne Trân

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s