Salut au Desperado, alias Jean-Pierre Mocky

THEATRE AU VENT

sans-titrejean-pierre-mocky photo DR

01_les_compagnons_de_la_marguerite.1305718221.jpg

Récemment un traité sur l’indignation est devenu un best-seller à l’instar de l’éloge de la folie d’Erasme. Voilà bien l’épine dorsale des oeuvres de Jean-Pierre MOCKY que l’on imaginerait bien en Don Quichotte des temps modernes ferrailler debout sur sa Rossinante contre des moulins au vent.

Pour sûr, il doit avoir la nostalgie des romans de chevalerie, des chevaliers à la triste figure, des Robin des Bois, des Vidocq. Chez lui, les héros sont souvent des gens simples qui parlent avec leur cœur et qui prennent l’allure de petits extra terrestres parce qu’ils doivent lutter contre les détenteurs du pouvoir, sans d’autres moyens que leur imagination et leur courage à revendre.

Comment déloger de leur piédestal ceux qui ont, désormais, le pouvoir médiatique de diriger les foules ? Oui, nous sommes tous dirigés que nous le voulions ou non, pour aller où, nous n’en savons rien. L’opium du peuple aujourd’hui…

Voir l’article original 374 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s