TENDRESSE A QUAI de Henri COURSEAUX – MISE EN SCENE de Stéphane COTTIN au Studio HEBERTOT – 78 BIS BOULEVARD DES BATIGNOLLES – 75017 PARIS – A partir du 29 Août 2018 jusqu’au 18 Novembre 2018 – Du mercredi au samedi à 21 H, le dimanche à 14 H 30.

  • Photo studio Kisskiss
    Avec
    Henri COURSEAUX :  Auteur,Comédien
    Stéphane COTTIN : Metteur en scène,Scénographe
    Marie FREMONT : Comédienne

    Parfois dans le métro, vous prêtez attention à des personnes inconnues, suffisamment longtemps pour vous étonner de leur disparition à la rame suivante. Serait-ce un bonheur de les retrouver ?

    Nous ignorons si les héros de la comédie de Henri COURSEAUX, le premier jour de leur rencontre, ont échangé des regards. Une chose est sûre cependant, le vieil écrivain Léon, en mal d’inspiration, a été ému par la présence d’une jeune femme assise sur un banc à quelques pas de lui, alors qu’ils attendaient tous deux le train.

    Sans émotion, pas d’écriture.L’ inconnue devient le personnage d’une nouvelle que Léon publie sur facebook. Miracle, l’inconnue se reconnait si parfaitement dans le personnage que bouleversée, elle décide de frapper à la porte de l’auteur.

    Evidemment, s’il suffisait de crier sur les toits « Aimez moi, j ai tant besoin de tendresse » et de recueillir au passage l’obole d’un regard, ce serait magnifique !

    L’imaginaire a raison de tous les obstacles dans cette comédie, il est juste poète, candide, croit à l’amour. Surtout, il a de la répartie et nous permet de douter de la réalité qui dans le fond intéresse fort peu les personnages.

    Esprits cyniques, abstenez-vous ou laissez tomber un peu de votre corne. La pièce de Henri COURSEAUX est de nature à balayer toute amertume, elle est philosophique.

    L’auteur interprète a belle allure et prête son charme à l’écrivain, qui tire de l’effet de son vieillissement un argument hors normes pour séduire la jeune femme incarnée gracieusement par Marie FREMONT. Le metteur en scène, Stéphane COTTIN, fluide, orchestre les mouvements des comédiens, avec l’instinct du chorégraphe.

    « Deux pigeons s’aimaient d’amour tendre » nous conte La Fontaine. « Il est vieux mais qu’importe, il m’aime » s’exclame la jeune femme . « Tendresse à quai » résonne comme une fable, elle court-circuite tous les nuages.

    Paris, le 24 Septembre 2018

    Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s