LE PREMIER (reprise) d’ Israël Horovitz au THEATRE Les Déchargeurs / Le Pôle – 3, rue des Déchargeurs 75001 PARIS – du 5 Jan 2017 au 18 fév 2017 – Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi à 21 Heures –

Texte :

Traduction :

Mise en scène :

le-premier1er-dechargeurs-19

C’est un phénomène de nature, arithmétique, culturel. A partir de trois individus alignés de façon verticale ou horizontale, tout dépend dans quel sens, avec quelle boussole elle est observée, il est possible de parler de queue humaine. Il importe peu de savoir pourquoi ces individus font la queue, l’évidence est d’ordre vital, il suffit de comprendre que chacun de ces individus ont un intérêt commun à assouvir et qu’une des premières expériences du groupe, pour chacun des membres est d’appréhender sa place à l’intérieur.
Faire la queue pour obtenir un bol de soupe, une baguette à la boulangerie, un billet au spectacle etc, avoir la chance d’être le premier pour élever le fameux sésame et repasser devant les autres toujours piteux, avec fierté, quelle belle chandelle !
Il faut se gargariser comme on peut de quelque vanité, faute de quoi, la vie manquerait de charme et nous serions atrocement jaloux des moineaux, ces petits anges qui ne font jamais la queue, eux, lorsqu’il s’agit d’aller cueillir quelque miette de pain.

Ils se trémoussent, ils représentent à cinq une phrase musicale un peu tordue, ver humain à plusieurs membres, qui se retourne, se renverse, s’écarte de la ligne, revient au point de départ, pour reformer l’accordéon qui soufflera en chœur sur la ligne de départ, le ruisselant bonheur d’avoir été choisi, d’avoir été élu, d’exister sous le projecteur car ainsi l’exige le rayon solaire qui illumine le premier quidam mais jamais le dernier, invisible refoulé dans l’ombre.Même le soleil est injuste, c’est révoltant, pourquoi assaisonne t-il telle plante et pas une autre ? Face à cette injustice qui dure depuis la nuit des temps, il faut tricher, exercer son inventivité, devenir voyou, car la tentation est grande et si humaine d’avoir la première place au soleil.

 Israël Horovitz, l‘auteur de cette pièce comico-humaine « Le premier » s’amuse à faire saillir avec truculence, les intempérances de quelques paumés, lesquels stimulés par la pression du groupe, rêvent tous d’être premier et découvrent chacun à leur tour que cette fameuse place de premier est aléatoire, en tout cas pas éternelle.

Être premier s’il n’y a pas les autres, cela n’a pas de sens. Alors il faut composer. Dans cette cour de récréation, pour passer le temps, pour oublier qu’attendre c’est drôlement long, chacun va y aller de sa profession de foi, de mérite, de charisme, d’affirmation de son petit ego.

Le chant du coq aura t-il lieu pour remettre tous ces gens à leur place. L’orgasme du rire tant attendu, celui qui soulage enfin sera t-il au rendez vous ?

L’effervescence des comédiens, leur aplomb, la maestria du metteur en scène, Dimitri Dubreucq, sans aucun doute distrairont les attentes du public, conquis par le sourire moqueur de l’auteur, salutaire rayon de soleil !

Paris, 22 Janvier 2017                  Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s