La Cerisaie / Anton Tchekhov au THEATRE ANTOINE VITEZ – 1, rue Simon Dereure 94200 Ivry-sur-Seine – Les mardis, mercredis, vendredis, samedis et le lundi 9 mai à 20 h – Du 9 mai au 5 juin 2016 –

cerisaie ter

mise en scène
Yann-Joël Collin
traduction
André Markowicz
Françoise Morvan
collaboration artistique Pascal Collin, Nicolas Fleury,Thierry Grapotte
musique Antonin Fresson
musiciens  Adrian Edeline ,Florian Pons
direction technique Frédéric Plou
régie son William Lopez
administration Yvon Parnet
diffusion Nathalie Untersinger

avec  Sharif Andoura, Cyril Bothorel , Marie Cariès, Sandra Choquet, Manon Combes, Pierre-François Garel, Yordan Goldwaser, Eric Louis,
Barthélémy Meridjen, Alexandra Scicluna, Sofia Teillet, Tamaïti Torlasco


 

La vie comme un filet dont chaque maille serait courue, mordue, tendue, relâchée par l’énergie et les faiblesses de ceux qui le constituent à un moment donné.

C’est le jeu de rôle de la Cerisaie qui concentre de façon subliminale les appétits, les affections de tout un équipage. « Oh temps suspend ton vol » s’alarmait Lamartine. C’est le temps, le véritable héros de la CERISAIE, un temps vécu comme un grimoire brûlé par la chandelle de tous ceux qui l’animent.

Inexorable disparition, inexorable transformation, la Cerisaie fut et ne sera plus. Il n’y a pas de vaincus, il n’y a pas de vainqueur, la mort annoncée de la Cerisaie renvoie chacun des personnages à leur vacuité sourde.

C’est toujours cruel, une disparition.L’histoire d’une fin qui n’en finit pas, ceux qui l’ont vécue pourront dire qu’il s’agit d’une expérience vitale. L’ailleurs pose déjà son trou au creux de l’attente. C’est qu’ils rêvent tous d’autre chose chacun des personnages, Lioubov la propriétaire qui vient de passer 5 ans à l’étranger, ses filles Ania et Varia, Lopakhine,le marhand,Trofimov l’étudiant, Firs le valet de de 87 ans, Boris Borissovitch, un autre propriétaire, le commis Epikhodov, Charlotte Ivanovna, la gouvernante etc.

Les spectateurs apprennent d’emblée que la Cerisaie va changer de propriétaire, celle-ci étant criblée de dettes. C’est un ancien moujik devenu riche qui se porte acquéreur avec l’intention de la détruire afin d’aménager le lieu pour de futurs touristes. Pour les spectateurs, l’évènement est aussi extérieur qu’il l’est pour l’étudiant et certains protagonistes. La vision du metteur en scène est réaliste, l’événement est étranger comme la mort comme cet ancien moujik qui va prendre possession de la Cerisaie. Cet extérieur qui prime, qui énergise les comédiens, qui provoque les spectateurs, le metteur en scène le manifeste par sa volonté de faire tomber les murs de la scène elle-même; les comédiens sont visibles grâce à une caméra aussi bien dans la rue que dans le café du théâtre.

Il est possible d’être commotionnés ou de rester en retrait face à l’exubérance des acteurs qui courent beaucoup sur scène. La vérité c’est qu’il s’agit d’une épreuve que cet évènement où se trouvent submergés comme par une énorme vague tous les acteurs et les témoins spectateurs.

Vague et retombée de la vague avec ses lambeaux de souvenirs exsangues.

La mémoire de certains spectateurs ne sera pas ingrate, elle restera imprégnée des accents mélancoliques et sensuels de Marie CARIES, la curieuse placidité du frère de Lioubov, Gaev, Cyril BOTHOREL, interpellée par la violence étourdie de l’étudiant Trofimov, Pierre-François GAREL, la composition étonnante d’Alexandra SCICLUNA qui interpréte le vieillard Firs, la présence lumineuse de Sharif ANDOURA, Boris Borissovitch, et le calme apparent de Lopakhine, le marchand sobrement interprété par Eric LOUIS.

Un bel équipage pour cette Cerisaie, toutes voiles dehors, portée avec passion par Yann-Joël COLLIN, sous l’effluve du temps d’une représentation, chacune étant unique.

Paris, le 22 Mai 2016                             Évelyne Trân

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s