UN RIRE CAPITAL – NOTOIRE LA MENACE – TEXTE JEAN-PAUL CURNIER – MISE EN SCÈNE THIERRY BEDARD – CRÉATION DU 25 AU 29 NOVEMBRE 2014 à 20 H 30 au THEATRE L’ECHANGEUR 59 Av du Général de Gaulle BAGNOLET

RIRE

mise en scène Thierry Bedard avec Sabine Moindrot, Mélanie Menu

guitares Jean Grillet, musique Jean Grillet chansons Ice Cream For Crow

Captain Beefheart,

Titanium Expose Sonic Youth,

Epic problème Fugazi,

Blueprint Fugazi,

Friends Led Zeppelin

lumière Jean Louis Aichhorn,  vidéo Fabien Perez / Inefab, régie Clément Rose

Dans le cadre de ses recherches théâtrales, regroupées sous le cycle « NOTOIRE LA MENACE » Thierry BEDARD met en scène des textes de Jean-Paul CURNIER, philosophe, membre de la Revue Ligne, qui analyse de façon très incisive et caustique « Le comique de nos sociétés démocratiques ».

 Par un effet de détournement théâtral, le public va pouvoir non seulement  assister à une conférence, mais aussi s’interroger à travers le ressenti de deux jeunes conférencières qui, contrairement à l’habitude, ne lisent par leurs textes mais le vivent.

 Un décor strict, austère avec quelques fauteuils qui s’allongent, une palissade d’écrans sur fond de scène, et la cerise sur le gâteau, un guitariste rock, tout cela ne démonte pas les deux analystes  du Rire qui ont pour mission  de faire passer les messages de Jean-Paul CURNIER, émotionnellement.

 Le résultat est assez troublant. Force est de reconnaitre que parfois nous regardons davantage les visages, les expressions de ces conférencières que nous n’entendons le texte. Réaction anticipée par Thierry BEDARD qui projette parfois sur le mur le texte d’une de ces missionnaires.

 S’agit-il de nous rendre plus intelligents ? Jean-Paul CURNIER ne caresse pas l’auditeur sur le sens du poil. Nous pouvons fort bien nous sentir visés par ses critiques acerbes et cinglantes. Que notre rire puisse être gras, grossier, ridicule et malfaisant, encore faudrait-il pouvoir en prendre conscience. Belle couverture que le rire quand il s’agit de calfeutrer la même impuissance.

 « Ce qui fait rire, c’est l’indignation tombée dans l’indifférence, c’est la protestation écoutée avec la compassion …  », cette phrase donne le ton du  pessimisme de ces analystes.

 Dans cette critique du rire de masse aveugle, il est aussi question de désespoir. Le sentiment passe sous les dalles de la froide analyse, à travers le granulé des voix des deux interprètes Mélanie MENU et Sabine MOINDROT dont nous saluons la performance.

 Leurs vibrations rendent vivants les textes de Jean-Paul CURNIER   catapultés par la mise en scène d’une douce ironie qui n’hésite pas à illustrer ses propos avec des projections de dessins animés comiques, et des jingles de musique rock.

 Reconnaissons que c’est une gageure d’adapter théâtralement des textes philosophiques. En véritable  diplomate, Thierry BEDARD réussit à faire passer  les textes de Jean-Paul CURNIER en douceur et avec beaucoup d’humour.

 Paris, le 30 Novembre 2014            Evelyne Trân

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s