DANS LES VEINES RALENTIES d’après Cris et chuchotements d’Ingmar Bergman – texte d’Elsa Granat et PEGGY PICKIT VOIT LA FACE DE DIEU de Roland SCHIMMELPFENNIG au Théâtre de l’Aquarium > La Cartoucherie – route du champ de manœuvre – 75012 Paris du 1er au 30 Novembre 2014.

DANS LES VEINES RALENTIES BIS

DANS LES VEINES RALENTIES

mise en scène Aurélie Van Den Daele , photographie et travail visuels Marjolaine Moulin  et les mêmes concepteurs que ci-dessus.

avec Aurore Erguy, Julie Le Lagadec, Marie Quiquempois, Antoine Sastre, Aurélie TOUCAS 

 PEGGY PICKIT VOIT LA FACE DE DIEU

,PEGGY PICKIT

 mise en scène Aurélie Van Den Daele  avec Gwendal AngladeLorraine de SagazanSol EspecheDavid Seigneur

assistant à la mise en scène Grégory Fernandes, scénographie, lumières et son Collectif In Vivo (Chloé DumasJulien Dubuc et Samuel Serandour), costumes Laetitia Letourneau, conception visuelle / photographie Marjolaine Moulin

 « Dévoiler les mécanismes de l’incommunicabilité.. » telle est l’ambition d’Aurélie VAN DEN DAELE, metteuse en scène associée au Théâtre de l’Aquarium qui met en scène deux pièces « Dans les veines ralenties » d’après Cris et chuchotements d’Ingmar BERGMAN et « Peggy Pickit voit la face de Dieu » de Roland SCHIMMELPFENNIG.

 De mémoire, Nathalie SARRAUTE s’était exercée à faire retentir les voix intérieures de ses personnages pour signifier le décalage permanent entre la représentation et le vécu. Le procédé très efficace d’un point de vue réaliste en sortant de l’ombre les pensées et les rancœurs  des individus, nettoie leur mystère, leur ambivalence. N’est-il pas heureux que notre inconscient puisse suppléer aux mécanismes ou réflexes qui soutendent nos comportements ? Ne peut-on remplacer le terme incommunicabilité par celui d’inconnu par exemple ?

 Dans le langage humain, les gestes, les regards, les sourires peuvent fort bien remplacer les mots mais les humains aiment les conventions, ils en abusent. Ce sont les cérémonies familiales, les dîners entre amis où chacun devrait faire bonne figure et qui parfois finissent en catastrophes.

 Il faut bien se mettre les points sur le I, la transparence n’existe pas car si nous étions transparents, nous nous rendrions compte de notre vacuité et nous ne  serions pas ces êtres vivants en chair et en os, enviés par les fantômes.

 C’est par défi peut  être à cette transparence impossible, que la metteure en scène a recours aux effets vidéo qui espionnent chacun des personnages qui enfouissent leurs pensées contrariées sous des dehors convenables.

 Du coup, le traitement des histoires des personnages n’est pas si réaliste puisqu’il introduit un troisième œil, celui de la caméra comme un étranger venu superviser dans la première pièce, le comportement de deux sœurs  venues assister la troisième en train de mourir, et dans la 2ème , celui de deux couples qui vont être rattrapés par leurs mensonges, se piéger eux-mêmes  au cours d’une soirée catastrophique où ils  feront le deuil  de leur « bonne conscience occidentale »  avec pour partenaires  Peggy Pickit, une poupée blanche en latex et Annie Abeni, une poupée noire en bois.

 L’intrusion de cette caméra sied à l’ambiance de malaise que s’inoculent les personnages lesquels perdent un peu de leur chair au profit du virtuel questionnant les âmes errantes en quête de vie.

 Puissent les spectateurs leur rendre le sourire à travers ce vœu indicible de la metteure en scène  « Rendre visible le caché ».

 Paris, le 2 Novembre 2014    Evelyne Trân

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s