DANNY AND THE DEEP BLUE SEA de John Patrick SHANLEY- du Mardi 7 Octobre au Samedi 11 Octobre à 20 H 30 – Dimanche 12 Octobre 2014 à 16 H – Mise en scène de Robert CASTLE et Alejandra OROZCO au Petit Théâtre Odyssée – L’Escale – 25 Rue de la Gare 92300 LEVALLOIS – Avec Celine PERRA et Roger CONTEBARDO

Danny bis

Une pièce de John Patrick Shanley
Mise en scène de Robert Castle et Alejandra Orozco
Avec Céline Perra et Roger Contebardo

Cela pourrait être le titre d’une chanson légère et profonde comme la voix de Léonard COHEN mais c’est celui de la première pièce de John Patrick SHANLEY, écrite en 1983, devenue un « classique moderne »  dans les théâtres américains.

L’action se déroule dans le Bronx. L’auteur rive ses jumelles sur deux êtres qui font partie du Bronx, l’état dont il est originaire. Il s’agit de la rencontre de deux jeunes adultes en pleine précarité, familiale, professionnelle. Deux êtres qui souffrent et dont les propos révèlent leurs échecs sentimentaux, leur mal existentiel.

Ecorchés vifs, ils camouflent leurs peurs, leurs angoisses derrière des masques, celui de la provocation chez Roberta, celui de l’homme dur capable de tuer chez Danny.

John Patrick SHANLEY semble presser la gourde de l’inconscient des deux personnages pour libérer des émotions inattendues, pour les faire rêver comme s’il souhaitait leur faire franchir l’écueil de la déréliction, de l’alcoolisme, la dépression.

L’amour entre  ces deux êtres que la solitude et la douleur rapprochent  ne peut pas sonner faux. C’est toute l’ambition de cette pièce de parler d’amour en passant par la voix frêle mais aigue de Roberta et celle à la fois violente et sourde de Danny.

La mise en scène de Robert CASTLE et la scénographie de Alejandra OROZCO ont un aspect « œil dans le récif » laissant la voix libre à la chair de l’oursin, à cette dangereuse voix humaine.

Il faut saluer la belle performance des deux comédiens, Céline PERRA  et Roger CONTEBARDO, constamment sur la crête des vagues, dans l’écume   de la passion qui font vibrer leurs personnages de façon bouleversante.

Nous avons l’impression d’avoir assisté à une sorte de concerto de voix d’appels au secours, d’appels à l’amour et au rêve, à la vie tout simplement. C’est très fort !

Paris, le 8 Octobre 2014                Evelyne Trân

 

.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s