ZELDA ET SCOTT de Renaud MEYER à partir du 4 Septembre 2013 au Théâtre de La Bruyère – 5, rue La Bruyère 75009 PARIS –

Chorégraphie Lionel HOCHE Lumières Hervé GARY

avec Sara GIRAUDEAU, Julien BOISSELIER et Jean-Paul BORDES et le Manhattan Jazz Band, Xavier BORNENS (Trompette), François FUCHS (Contrebasse), Aidje TAFIAL (Batterie)

Mise en scène Renaud MEYER Décor Jean-Marc STEHLE assisté de Catherine RANKL Costumes Dominique BORG

Zelda et Scott comme deux fleurs immortelles, collées sur la page d’un livre des années vingt, Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald. Comme si le livre venait de lui tomber des mains, Renaud MEYER les voit s’échapper en trombe, les deux créatures  qui exécutent aussitôt une danse endiablée que les connaisseurs sauront attribuer soit au Shimmy soit au Charleston.

 Les années folles, les années folles, nous y sommes, comme à Paris que traversèrent Fitzgerald et sa muse Zelda.La fièvre est communicative, nous voilà pincés sous des clichés touristiques, c’est Joséphine BAKER qui  glisse étincelante dans la musique de jazz hot qui fait trembler les lustres d’un salon mondain.

 Comment évoquer la vie du couple mythique de Zelda et Scott Fitzgerald en deux heures ! Renaud MEYER a choisi l’évocation illustrée, celle qui fait appel aux sens, qui tourbillonnent dans la tête après un verre d’alcool ingurgité à jeun.

 Ils étaient jeunes, ils étaient beaux. Il était célèbre, elle était incroyablement séduisante. Ils se sont rencontrés et leurs verres en s’aimantant,  se sont brisés. Ils ont bu leur vie, voilà tout, jusqu’à la lie.

 Evidemment, tout cela fait frémir… Zelda voulait sortir toute nue d’un journal de célébrités, elle a fini sa vie dans une clinique psychiatrique. Scott n’avait de sang que pour l’écriture, et il est mort en écrivant.

 Mais ce qui est fascinant chez Zelda et Scott, c’est que leurs destins forment des écritures de vie qui s’entrelacent  et se rejoignent, des écritures très expressives, dansantes, sensibles et poignantes.

 Toutes ces pulsations inspirent  les jeux des interprètes. Sara Giraudeau est une garçonne, un peu gavroche sur les bords, fantasque, sale gosse délurée. Julien BOISSELIER  campe un Scott presque raisonnable sous les vapeurs d’alcool  et HEMINGWAY incarné par Jean Paul BORDES,  sans qui Paris ne serait pas une fête, fait sourire tant il est sérieux.

 De très jolis tableaux arrosés de musique en live, composée par le Manhattan Jazz Band  assurent un ton suave  et fébrile à la fois à ce spectacle où la légèreté prime sur l’intention dramatique, laissant libre cours au poème « Correspondances » de Baudelaire :

 Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants…
Et d’autres corrompus, riches et triomphants…
qui chantent les transports de l’esprit et des sens.

 

Difficile de résister à une telle ambiance !

 Paris, le 14 Septembre 2013                Evelyne Trân

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s