SOUS MA PEAU de et avec GENEVIÈVE DE KERMABON – Le Théâtre Lucernaire et L’Esperlu&te du 2 Mai au 30 Juin 2012 – du Mardi au Samedi à 21 H 30, le Dimanche à 15 H

 Il faut remercier Geneviève de KERMABON de faire avancer ce « monstre » antique qui hante les esprits et que l’on appelle sexe.  C’est que les grondements  du désir sexuel rapprochent l’homme de l’animal de façon odieuse. Ils représentent pour une catégorie d’individus la frontière à ne pas dépasser pour ne pas être happés par cette effrayante vision des organes génitaux qui signent  l’appartenance des humains à la gente animale. Il ne faut pas voir, il ne faut pas montrer. Très difficile à apprivoiser ce monstre. Il faut d’ailleurs reconnaitre qu’il ne vient pas frapper à toutes les portes ou alors très malin il se déguise de sorte que l’on ne le reconnait pas. A cet égard le film « La belle et la bête » de Jean Cocteau est une fantastique métaphore du désir charnel sublimé par son esthétique et sa morale. La bête devient humaine grâce à l’amour de la belle mais saura-t-on jamais ce qu’aura retenu dans son for intérieur, la belle,  de sa fascination pour la bête.

Dans les années 70, quelques féministes militaient pour l’orgasme féminin. C’était assez bizarre et plutôt excitant pour les hommes devenus cois et intimidés devant la virulence de leurs revendications. Le plaisir de naturel devenait de l’autre côté, celui des femmes, quelque chose de difficile, une sorte de contrée mystérieuse à explorer. En plein délire « baba cool » on ne faisait pas l’amour pour faire des enfants mais par désir de communion, d’échanges sensoriels qui pouvaient s’associer par ailleurs à des quêtes spirituelles, artistiques. Faire l’amour cela revenait à dire, il n’y a plus de frontières. On ne se libérait pas face à un monstre mais pour participer à une sorte de création, pour entrer dans l’orchestre de musiciens des sens. Idéalement, tout le monde pouvait aimer tout le monde. C’était l’état de grâce de la belle vis-à-vis de la bête et vice versa.

Nous voici loin des confidences recueillies par Geneviève de KERMABON sur le plaisir et la frustration mais pas tant que ça. Parce que le fait de rapprocher des confessions isolées, c’est une façon de faire s’étinceler sur un même tambour   les multiples baguettes du désir dont s’approvisionne la « sorcière » Grisélidis Réal, une prostituée suisse qui s’exprime dans le spectacle.

Le passage par la parole permet de comprendre combien sont démunis les hommes et les femmes dès lors qu’il s’agit de réfléchir sur leur intimité. La solitude des sexes est grandement évoquée. L’on peut éprouver que l’angoisse rôde et que l’expression orgiaque peut s’associer aux douleurs de l’accouchement. Il s’agit peut-être pour chacun des acteurs, ceux qui parlent, d’accoucher d’eux-mêmes. Le plaisir si proche de la douleur pour savoir qu’on est là. Comment oublier que chacun des êtres vivants est le fruit d’un acte sexuel qui peut être jouissif ou pas. Qu’une explosion des sens puisse présider à la naissance de n’importe quel être, voilà qui n’est pas si mécanique et qui préjuge de nos sens et de notre perception existentielle.

Là où les mots objets suffisent à nous faire détourner la tête « Que se cache t-il dans ma tête et dans mon ventre d’inavoué, de trouble, de sulfureux » Geneviève de KERMABON réussit à  laisser parler nos visions tronquées à travers les visages de marionnettes peinturlurés, monstrueux car aussi inédits et bizarres que des peintures de Picasso. Nous sommes dans l’excroissance où mi-hommes mi- bêtes, sans être confondus par notre nudité, nous exprimons par le toucher et par les yeux ce que racontent nos sens. Elle manie ces personnages avec une dextérité digne de Casanova dansant avec une automate dans le film de FELLINI.

A vrai dire « le sulfureux » n’est pas au rendez-vous et les jambes qui dansent en l’air ont un côté cocasse, presque enfantin.

Geneviève de KERMABAN a beaucoup de grâce, elle est le seul visage humain au milieu de toutes les marionnettes « monstres » un peu comme si elle jouait le rôle de la belle avec la bête. Mais une belle qui s’est affranchie de la facture glacée de la beauté, pour n’être qu’une peau humaine.

C’est un spectacle essentiellement poétique, à fleur de peau, qui réjouira bien des rêveurs autrement sulfureux mais palpitants d’effluves, tels qu’Apollinaire, Baudelaire, PICASSO et combien d’anonymes également femmes qui se reconnaitront.

Paris, le 13 Mai 2012                                   Evelyne Trân

 

 

Un commentaire sur “SOUS MA PEAU de et avec GENEVIÈVE DE KERMABON – Le Théâtre Lucernaire et L’Esperlu&te du 2 Mai au 30 Juin 2012 – du Mardi au Samedi à 21 H 30, le Dimanche à 15 H

  1. Bien sur que l’homme est animal. Animal pensant et conscient. C’est bien pour cela qu’il lui est si difficile d’admettre sa condition animale. Tout être vivant est sujet à la survie. Faire survivre l’espèce par la procréation, pousser les êtres vivants à procréer par la pulsion du plaisir et le besoin de la sexualité, survivre en étant le plus fort pour ne pas se faire dévorer par l’autre (d’où les guerres incessantes).
    L’homme a créé toutes sortes d’artifices pour nous faire oublier notre côté animal, ne serait ce que déjà par les parures du corps, le maquillage, les bijoux, les vêtements, le parfum et pourtant, toutes nos fonctions de base sont animales : manger, déféquer, allaiter, mettre au monde, etc.
    C’est effectivement très curieux d’observer l’être humain dans les artifices de la civilisation et de finalement réaliser que nous sommes tous nus… le corps, l’habitacle de notre pensée est d’une telle fragilité avec ses fonctions techniques basiques mais primordiales que cela en est presque comique !
    Pourquoi les religions ont établi le sexe comme tabou ? Sans doute parce que c’est une fonction justement trop animale, et une pulsion parfois difficile a maîtriser.
    Pourtant nous devrions faire émerger cette partie animale en nous pour faire partie du monde et de la nature, et arrêter de nous croire des Dieux, et des êtres éthérés. Redevenir Adam et Eve dans le jardin de l’Innocence.
    Notre « intelligence » nous permet d’exploiter et transcender ce qui nous a été donné par la nature et la sexualité versus l’érotisme devrait nous permettre justement de jouir pleinement des possibilités qui nous sont données sans culpabilité.
    La sexualité et faire l’amour est un don. Donner et recevoir de l’amour, du plaisir, s’unir. Don = Amour. Qui a décrété que les organes génitaux sont une monstruosité du corps humain ? Les religions sont-elles sio orgueilleuses qu’elles ne puissent accepter la condition humaine que pourtant Jésus, fils de Dieu a voulu prendre pour nous sauver ?
    L’angoisse qu’exprime Geneviève de Kermabon est universelle mais elle prend sa source dans le péché originel et le sentiment de culpabilité universelle.
    Les enfants de 1968 ont cherché à retrouver cette innocence : faites l’amour en liberté et pas la guerre. Ils ne cherchaient pas l’orgasme et le droit à l’orgasme mais avant tout la liberté des corps dans la nature. Si les féministes se montraient virulentes, c’était pour défendre leurs droits à faire l’amour en toute liberté après avoir été assujetties à toutes sortes d’interdictions et de tabous.
    J’avais 18 ans en 1968. Je me souviens. Ce qu’il me reste c’était le parfum de la liberté de nos corps dans la joie et la gaité, et une certaine innocence débarrassée des culpabilités. Nous ne cherchions pas tant le plaisir que l’amour.
    Seul l’amour peut nous enlever cette angoisse de la condition humaine. La sexualité n’est pas seulement le coït, mais le toucher, les caresses. Caresses vitales pour un bébé qui ne peut survivre sans cela. Donner et recevoir.
    L’homme ne doit pas se prendre pour un robot pensant et accepter son corps et son animalité avec humilité et reconnaissance.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s