Xavier Devaud, artiste-peintre et dessinateur à l’échelle de ses oeuvres

devaud-photo-reussie.1297248261.jpgdevaud.1297248229.jpgdevaud-photo-reussie.1297248261.jpgdevaud-photo-reussie.1297248261.jpgA l’espace Landowski du 18 Janvier au 13 Mars 2011
à Boulogne 28, Avenue André Morizet. Métro Marcel Sembat. Entrée libre du lundi au Dimanche de 8 H à 20 Heures
Performance le mercredi 23 Février à 16 Heures

Je viens de participer toute ouïe et œil confondus à une expérience tout à fait enchantante. Cela s’appelle une « Performance ». A l’occasion de l’exposition de ses œuvres au Centre Landowski de Boulogne ce Dimanche 6 Février 2011, Xavier Devaud a organisé pour les visiteurs un spectacle où se conjuguent sous le regard ébahi du public, la parole, le chant, le geste, le souffle de la kora et de la flûte et la crépitation de sa plume, en la circonstance, un gros feutre noir. Xavier Devaud n’est pas seulement, peintre et dessinateur, il est aussi comédien. Nous savons bien que les arts communiquent entre eux, que les couleurs peuvent être musicales, l’écriture une danse, la peinture une forme théâtrale. Mais il faut les voir vivre ensemble, ces différentes expressions. Nous avons donc assisté à un concert, au cours duquel, deux musiciens du Mali et du Burkina, inspirés, un slameur, une slameuse, et un dessinateur, s’inspirant les uns les autres, nous permettent d’assister à la naissance d’un tableau.
Alors ce n’est pas tant le résultat de l’œuvre qui s’affiche devant nos yeux qui nous bluffe, c’est le sentiment de la puissance incantatoire des instruments de voix qui laisserait sans voix le tableau lui-même comme un chemin parcouru nous invitant, à ouïr, à nouveau, un peu toujours au dessus de nos têtes.
Le slam se situe à mi chemin entre la parole et l’incantation, les mots ne sont plus des abstractions, ils deviennent démonstratifs, vivants. De la même façon que les cracheurs de feu nous subjuguent, les slameurs sont des cracheurs de mots pour nous faire découvrir tous les éléments de nature qu’ils contiennent : feu, sable, terre, mer etc.
Que le fait de dessiner puisse devenir un spectacle, c’est étrange et aussi très émouvant. Comment sous la poussée d’un feutre noir voyons-nous apparaître un visage ? Nous pouvons dessiner en marchant, et penser en visages. Il y a une farandole de gestes que nous commettons chaque jour qui feraient de nous des êtres plus aériens, des êtres à mi chemin entre l’oiseau et l’arbre qui auraient fusionné pour devenir des hommes.
Cette question de l’être, Xavier Devaud la pose, sans extravagance, il l’exprime à travers le champs de couleurs où s’exaltent inconsciemment pour nous, les présences en soi plus que des paysages, celles des esprits des mers, socles de montagnes, ciel et soleil qui font partie de notre environnement. Parce qu’il y a la douleur de l’impression, parce qu’un artiste peut récolter un visage sous l’arête d’une pierre à l’intérieur d’une flaque. Parce qu’il peut se demander comment, il est visage à travers l’eau, le bitume ou la mort.
C’est sans doute que toutes choses dévisagent l’artiste au point de le submerger qu’il risque sa campagne et qu’il s’entend dire, cette famille parle, parle tant que pour la contenir, je dois l’apprivoiser.

Famille de corps qui hanteraient les mers, le silence des abymes, le joug de la durée, devenues bavardes par l’entremise d’un acteur qui deviendrait leur serviteur.

Les choses nous pensent-elles, les montagnes ne se nourrissent-elles pas de notre éphémère ? J’ai toujours pensé qu’un tableau était vivant; comme une impression est susceptible de vous engloutir, elle est par cette fonction même capable de nous éjecter. Emportés par une vague, voilà que nous pouvons nous retrouver devant cette même vague.

La contenance d’un artiste face à son œuvre, c’est quelque chose d’impressionnant. Il n’y a pas de linceul de mots pour recouvrir leur silence, sous la craie.

La peinture de Xavier Devaud m’apparaît extrêmement pudique. Serviteur d’impressions, il peut les prolonger au-delà du discours pour devenir l’ailleurs du peintre, cela qui reste en suspension, qui s’offre au spectateur, car il y a toujours une question d’offrande ou de soi vis à des autres ou des autres vis-à-vis de soi.

Je ne peux pas décrire les peintures de Xavier Devaud, je sais qu’il faut les voir.Pour donner cette envie aux futurs spectateurs, je dirai simplement que ces tableaux sont aussi présents que des visages poussés au creux des vignes, tels des apparitions, capables de bousculer notre regard un peu trop lisse. Chez lui, la poésie se fait pleine terre pour exprimer la matière des corps en mouvement. Une matière annonciatrice d’esprit.

Paris, le 7 Février 2011

Evelyne Trân

Un commentaire sur “Xavier Devaud, artiste-peintre et dessinateur à l’échelle de ses oeuvres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s