MADAME VAN GOGH de Cliff Paillé – Mise en scène de Cliff Paillé – Au Studio Hébertot 78 bis Boulevard des Batignolles – 75017 Paris – DU 15 OCTOBRE AU 16 DECEMBRE 2019 – LUNDI A 19 HEURES DIMANCHE 19 H TRENTE –

van gogh

De Cliff Paillé

Mise en scène de Cliff Paillé

Avec Lyne Lebreton et Romain Arnaud-Kneisky

Durée : 1h15

 

Madame VAN GOGH” Le titre de la pièce parfaitement bienvenu nous interroge puisqu’à notre connaissance Vincent VAN GOGH n’était pas marié. Oui, Madame VAN GOGH était « seulement » la veuve de Théo VAN GOGH, le frère de Vincent. Avec intelligence Cliff Paillé rend hommage à cette femme qui consacra sa vie à la reconnaissance de l’œuvre de Vincent.

A sa mort, ce dernier n’était connu que dans le petit cercle des peintres impressionnistes qu’il côtoyait et n’aurait vendu qu’une seule toile. Héritière de 200 tableaux, Johanna VAN GOGH ne fut pas tout de suite consciente de leur valeur. C’est à travers l’imposante et prolifique correspondance de Vincent avec son frère Théo, qu’elle s’attacha à comprendre l’homme qui fut une source de conflits dans sa vie de couple.

L’obstination d’Emile Bernard, un ami peintre de Vincent eut raison de son refus d’exposer les œuvres. Elle s’occupa elle-même des expositions plus tard en retournant au Pays Bas.

 Johanna en deuil de son époux Théo se retrouvait face à un héritage colossal. La pièce qui met en scène Emile Bernard et la jeune veuve permet d’appréhender toute la force et le courage qu’il fallut à Johanna pour accepter moralement cet héritage en mémoire du peintre et également de son frère.

La publication de la correspondance de Vincent avec Emile Bernard,  tout d’abord puis avec Théo Van Gogh contribua à la découverte du peintre.

La démarche de Johanna était désintéressée. Son fils également prénommé Vincent le prouva en léguant au musée d’Amsterdam la majeure partie de l’œuvre.

Interprétée avec vivacité sur le mode mineur de la conversation par Lyne Lebreton et Romain Arnaud-Kneisky, la pièce fait le portrait d’une femme ordinaire, sans présomption artistique à qui l’on doit grâce à son intuition et sa sensibilité, la reconnaissance de Van Gogh.

La mise en scène est toute en ambiance sensible et volontairement légère, elle  bénéficie, il faut le dire, du charme de la comédienne Lyne Lebreton. Quelques projections des toiles sur fond de scène permettent d’imaginer comment Johanna petite fée des deux frères s’y promène enchantée et rêveuse, amoureuse !

Paris, le 4 Novembre 2019

Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s