UNE LABORIEUSE ENTREPRISE DE HANOKH LEVIN – MISE EN SCÈNE SERGE LIPSZYC – au THEATRE DE L’ETOILE DU NORD – 16 Rue Georgette Agutte 75018 PARIS – DU 6 NOVEMBRE AU 1ER DÉCEMBRE 2012 DU MARDI AU VENDREDI À 19H30, SAMEDI À 17H ET À 19H30

DISTRIBUTION

Texte français de Laurence Sendrowicz
Le texte de la pièce est édité aux Éditions Théâtrales
Interprètes Serge Lipszyc, Jérémy Lohier (accordéon), Nathanaël Maïni, Marie MurciaDécor et Scénographie Sandrine Lamblin
Production L’Aria

Une scène de théâtre pour une scène de ménage, voilà un petit ressort comique aussi existentiel qu’un piège à souris que nous tend l’œil malicieux, le dramaturge Hanokh Levin.

 Quelle mouche a donc piqué Yona Popokh pour qu’il  veuille après vingt années de mariage quitter sa femme Léviva ? Crise  de la cinquantaine, démon du midi ? Cette mouche s’appelle l’ennui et la peur de la vieillesse. Traiter sa femme de tas de viande, le grand poète Baudelaire s’est complu aussi à cet exercice. Est-ce à dire  que les histoires de couple se prolongent grâce au va et vient d’un sadomasochisme sous-jacent au flux de la libido.

 C’est parce qu’il ne s’aime pas, que l’impuissance le guette, et que tous ces vieux rêves d’adolescents ont pourri dans une vieille armoire, qu’il trouve sa femme « répugnante ».  Vers qui d’autre projeter son sentiment de dépérissement ? Par contraste, Leviva sa femme parait plus raisonnable. Elle tient le choc parce qu’elle connait son homme, elle sait que ses poches de rêves sont vides, et  puis surtout qu’elle le tient par cette sorte d’amour « désintéressé » qui fait qu’elle pourrait l’aimer encore plus vieillissant comme un enfant . Ceci dit,  elle pourrait prendre aussi au vol, le fil de la liberté que lui tend l’homme ingrat et veule.  

 Et puis au beau milieu de la scène de ménage, quand le couple essaie de se rabibocher en faisant l’amour, surgit Gounkel, le voisin en plein délire de solitude qui vient demander de  l’aspirine. Le spectre de la solitude atteint le summum comique grâce  à l’interprétation déjantée de Nathanaël Maïni.

« On est  tous des Gounkel » déclare Yona Popokh. « Il crie, ça lui passera » doit penser Leviva, lumineuse Marie Murcia, qui fait la pluie et le beau temps. Il y en a toujours un qui veille pendant que l’autre ronfle. Et les personnages chantent aussi de temps en temps sous des airs de l’accordéoniste Jérémie Lohier. .

Serge Lipszyc, interprète de Yona Popokh signe une mise en scène tout à fait savoureuse qui délie avec finesse toutes les tonalités tendres et cinglantes de l’auteur.

 A la fin, les spectateurs se sentent complices de ce couple qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Adam et Eve. Il parait qu’ils s’ennuyaient au paradis. Allons donc,  l’homme ne sera jamais content !

Il faut vraiment voir cette pièce  drôle et criante de vérité, dont la densité humaine est superbement bien rendue par le jeu les interprètes. Un spectacle  exaltant !    

 Paris, le 10 Novembre 2012                  Evelyne Trân

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s