OPÉRAPIÉCÉ DE ET AVEC AURORE BOUSTON ET MARION LÉPINE MISE EN SCÈNE WILLIAM MESGUICH au Théâtre LE LUCERNAIRE 53, rue Notre-Dame-des Champs 75006 PARIS du 8 Décembre 2021 au 31 Janvier 2022 à 21 H du Mardi au Samedi, Dimanche à 17 H 30.

À L’ACCORDÉON MARION BUISSET OU VINCENT CARENZI
DIRECTION MUSICALE LOUIS DUNOYER
CRÉATION LUMIÈRE : ÉRIC SCHOENZETTER
COSTUMES : BLACK BAROQUE BY MARIE-CAROLINE BEHUE
CHOREGRAPHIES : BARBARA SILVESTRE
PRODUCTION : ABML PRODUCTIONS, CANAL 33 ET L’IMPERTINENTE
CORÉALISATION : THÉÂTRE LUCERNAIRE

DATES DE TOURNÉE À VENIR

  • TOURNAN-EN-BRIE 4 ET 5 DÉCEMBRE 2021
  • LE SEIGNANX 4 FÉVRIER 2022
  • N O I SY- LE – G R A N D 1 1 FEVRIER 2022
  • CHAMPS-SUR-MARNE 12 FÉVRIER 2022
  • SARCELLES 22 MAI 2022
  • VERSAILLES 9 JUIN 2022

Il fallait y penser. Elles l’ont fait : marier en pleine intelligence les tubes du répertoire classique – entre opéra et symphonique – et les succès ou raretés de la chanson française ou francophone. Le délire en plus…
Aurore Bouston et Marion Lépine ont imaginé ce spectacle entièrement chanté et décliné en huit tableaux thématiques. Dans chaque tableau sont judicieusement mêlés de courts extraits issus du répertoire de Claude François, Jacques Dutronc, Léo Ferré, Jean-Roger Caussimon, Alain Souchon, Diane Dufresne, Brel, Jean Ferrat, Nicole Croisille, Brigitte Fontaine, Gainsbourg et des références pertinentes aux oeuvres de Gounod, Brahms, Boccherini, Chopin, Beethoven, Dvorak, J.- S. Bach…parmi une multitude qui donne le tournis : 80 compositeurs au total ! Dont Michel Legrand, Georges Van Parys, Philippe Sarde ou Ennio Morricone pour – deci delà- un bel hommage au cinéma populaire. Un tournis délicieux à chaque seconde. Maîtrise vocale confondante autant que la mise en scène de William Mesguich et les chorégraphies signées Barbara Sylvestre. Les changements à vue? Bluffants : costumes  « baroque-attitude », coiffes déjantées, objets insolites, titre pour chaque tableau . Une prestesse et une précision au service du propos entre humour et réflexion. En  effet, le premier tableau, « Opérassédic », décrit une réalité sociale toujours alarmante. Quand la fantaisie dépeint le quotidien de la vie d’artiste…avec – entre autres –  » Je m’voyais déjà » opportunément cité. En témoigne un autre tableau : »OpéraTP », tout aussi hilarant.
L’amitié et l’amour sont aussi de la partie, illustrés par les emprunts à Tchaïkovski, Mendelssohn, Brahms, alternant – en un tour de main – avec Brassens, Aznavour (bis), Lama ou…Gilbert Montagné. Subtils entrelacements d’époques, de sensibilités, de climats. C’est maîtrisé façon virtuose tout en laissant la délicieuse impression d’une création  instantanée. Alors, théâtre chanté ou chanson théâtralisée? Les deux assurément, avec une infinie légèreté et cette science consommée du clin
d’oeil traduisant une joie de vivre, une énergie débordante où se glissent de vrais moments de tendresse malicieuse et de nostalgie. Tout à la fois vocalistes et comédiennes, Aurore Bouston et Marion Lépine représentent, une fois de plus, la jonction réussie entre deux disciplines. Une alchimie si délicate à restituer…
En ce soir de première, nous avons découvert Vincent Carenzi comme accompagnateur (1). Le choix de l’instrument (coup de chapeau à Louis Dunoyer de Segonzac) constitue déjà un coup de maître : si nos oreilles sont coutumières du piano à bretelles en matière de chanson, elles le sont beaucoup moins lorsqu’il s’agit de Vivaldi, Ravel, Chostakovitch, Fauré, Grieg, Smetana ou Samuel Barber. Notre accordéoniste est un véritable créateur : couleurs tantôt éclatantes, tantôt irisées ; rythmique affirmée ; et surtout, souplesse féline. Même les silences restent éloquents. Dans la pleine discrétion, un artiste magnétique.

Opérapiécé associe les morceaux les plus disparates dans une unité sidérante par sa cohérence et son inventivité. On rit beaucoup. Un spectacle total. Pour mélomanes avertis,  amateurs de chansons tout format, connaisseurs intransigeants ou néophytes ouverts aux découvertes extravagantes. Toutes générations confondues…Un moment rare. Immanquable, de toute évidence.
                                                    Laurent Gharibian

(1) En alternance avec Marion Buisset.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s