TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS… de Cliff Paillé au théâtre de l’ESSAION – 6 rue Pierre au lard 75004 PARIS – Du 05 septembre au 23 novembre 2019, • les jeudis, vendredis, samedis • à 19h30 • Genre : Théâtre contemporain- tout public, à partir de 8 ans •Durée : 75 mn

Vice-Versa-57-72 (1)

Voir la bande annonce

 

  • Auteur : Cliff Paillé
  • Mise en scène : Cliff Paillé
  • Distribution : Pauline Phélix, Cliff Paillé

Lire, lire, lire !!! Entrer dans un livre comme on entre dans la mer, après avoir marché les pieds nus sur un sable humide parfois dur et collant. Alors, l’on ne sait qui pénètre qui, les vagues ou soi la mer. Enchantement solitaire, allez savoir, il n’y a personne entre soi et un livre, juste le bruit du silence et un sentiment de liberté incroyable. Il n’y aura personne pour vous dire comment il faut lire Rimbaud, comment il faut regarder la mer, vous êtes seul avec vous-même et le temps n’existe plus, celui de la contrainte, vous êtes juste un matelot qui scrute l’horizon vers une terre inconnue où l’imagination sera reine.

 Les écrivains sont juste des lecteurs qui voudraient communiquer aux autres le bonheur qu’ils ont éprouvé lors de leurs premières lectures, celui de pouvoir se transporter ailleurs, hors de sa chambre, de son lit, hors d’atteinte des paroles de ses proches qui devront se satisfaire de la seule réponse qui vaille « Laissez-moi tranquille, je lis ».

 Les livres ne sont pas des mirages, ce sont de véritables embarcations, des bateaux en papier certes, mais qui peuvent vous entraîner très loin, à la rencontre de voyageurs de la pensée, de rêves ou d’idées de toutes sortes qui réalisent ce miracle de communiquer avec vous, sans frontières ou sans d’autres obstacles que ceux que vous devrez franchir pour avancer, vous laisser interroger, interpeller, émouvoir.

 Cliff Paillé est un amoureux transi des livres. Son histoire ressemble à un conte de fées. Il se remémore le petit garçon qui ne voulait pas lire qui préférait bien davantage son ballon pour s’évader. L’un n’empêche pas l’autre d’ailleurs. Grâce à sa grand-mère et à une institutrice zélée, tel le petit Poucet, il n’a de cesse de découvrir « les cailloux qu’elles ont semé pour moi dans les livres ». Elles furent des guides précieux, inespérés d’une certaine façon pour l’enfant solitaire, confronté à l’absurdité d’un monde qui vante le bonheur à la publicité et aux actualités parle du chômage, de la misère, la pollution, les guerres.

Comment s’y retrouver ? « Tant qu’il y aura des coquelicots » est le témoignage ému de cet enfant qui a réussi à espérer, à respirer à travers ses découvertes, en passant par Barbara, Proust, Philippe Claudel, Zola, Pagnol etc.

Accompagné de Pauline Phélix qui interprète les deux fées, il campe un attendrissant matelot qui agite avec fougue un mouchoir de livre, debout face à la mer et ses vagues de mots qui scintillent, qui annoncent le voyage à perte de vue !

 « Fuir ! là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres
D’être parmi l’écume inconnue et les cieux ! » (Mallarmé)

 Cliff Paillé, c’est aussi un terrien poète, grâce à son ballon. Dites « Coquelicots » et laissez-vous rêver !  

Paris, le 22 Octobre 2019

Evelyne Trân

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s